Partagez | 
 

 1241 – Lèves-toi et marche [PV Mongolie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Invité

Invité



MessageSujet: 1241 – Lèves-toi et marche [PV Mongolie]   Dim 8 Mai - 20:57

Il n'est pas nécessaire de parler quand on a un regard qui en dit long. [Les Frères Ennemis]

Riga, la ville avait été construite quelques dizaines d’années plus tôt, par l’arrivée des Germaniques sur ses terres. Comme les Lives et les autres tribus, il avait regardé d’un air des plus méfiants ces étrangers qui venaient pour commercer avec la Russie, usant de la Daugava pour accéder au territoire russe. Il n’avait rien eu contre les marchands. Même s’ils ne pensaient pas comme lui, leurs marchandises étaient intéressantes, ce qui l’avait poussé à ne pas refuser leur passage. Mais il n’avait pas prévu qu’après quelques temps, ce ne serait pas des marchands qui viendraient, mais les missionnaires. Ceux pour qui ses croyances n’étaient pas correctes, normales. Ceux qui voulaient les changer pour une autre religion, une autre croyance. Comme si croire en des dieux multiples, comme si avoir un rapport particulier avec la Nature pouvait bien les déranger… Mais cela devait-être le cas. Il l’avait obligé à changer de religion, à croire en un Dieu hypothétique. Et malgré tout… il ne perdait pas son attachement à la nature, à ces anciennes croyances. Il ne le voulait pas.

Toutes les communautés tribales avaient finis par se laisser faire, tout comme lui. Ils avaient accepté la domination germanique, qui se traduisait par l’arrivée d’une nouvelle caste, la Baronnerie germanique, ces seigneurs qui avaient pris possession de la terre pour n’autoriser que les tribus à l’exploiter comme eux le voulaient. Triste constat. Une liberté réduite, même s’il n’était pas réellement sous la dominance germanique, il n’avait plus réellement cette liberté de pensée, de vivre, comme il l’entendait. Ce qu’il ignorait, c’était que le début d’une longue période qui se déroulerait ainsi.

« Lituanie est tombé ! »

Relevant son regard pour observer le Maitre de l’ordre de Livonie, la jeune nation retint un soupir de lassitude. Ainsi, son frère n’avait pas pu se défendre, lui aussi… Il devait admettre qu’il avait cette crainte. D’abord Ivan, puis Elizaveta et maintenant Toris… Jamais les Chevaliers ne tiendraient face aux Huns. Leur réputation n’étaient pas à refaire, comme les Vikings avant eux. Jamais les quelques centaines de Frères de l’Epée et ses hommes ne pourraient faire face à la horde de Huns. Trouverait-il seulement le courage pour affronter ce pays si lointain ?

« Faites prévenir les Frères, nous partirons pour la frontière le plus tôt possible. »

Riga était une belle place fortifiée, il aurait pu rester cacher ici, en attendant que les Huns y arrivent, mais d’ici là, il y aurait des morts dans son peuple. Si cela concernait l’Ordre, ce n’était pas grave, c’était des guerriers, mais les paysans n’avaient rien à faire dans ce combat, il devait les protéger. Et espérer qu’il ne tomberait pas non plus. Mais il devait bien avouer qu’il n’était pas convaincu d’une quelconque réussite. Quittant le bureau du Grand Maître, Lettonie s’en alla vers ses appartements, pour se préparer. Il n’avait aucun choix, même s’il n’en avait pas envie, il n’avait pas le choix. Pour les siens, il devait y aller. Même si cela ne rendrait jamais ses croyances jadis à son peuple, même s’il ne serait pas libéré du joug germanique pour autant… Cela ne serait pas pire… N’est-ce pas ?

Enfilant une tenue d’équitation, il hésita un instant sur l’idée d’équiper son armure complète. Mais le trajet jusqu’à la frontière sud serait long et douloureux. Certes, il savait que cela le protègerait au cours des combats à venir, mais il n’aimait pas la revêtir. C’était une sensation étouffante qu’il ressentait quand il devait l’avoir. La laissant, il préféra récupérer un pourpoint en cuir, qu’il mit sur sa tenue d’équitation. Ceinturant son épée, il retint un soupir. Avait-il raison d’agir ainsi ? Passant sa main dans sa chevelure blonde, Raivis récupéra ses affaires pour redescendre dans la cour. Il n’avait pas le choix. Même s’il n’aimait pas le combat, il n’avait pas le choix. Pour son peuple, il n’avait aucun choix.

Ils avaient mis quelques jours pour arriver à Bauska, au sud de Riga. Un messager les avait précédés, se chargeant de prévenir la citadelle de leur arriver, tandis que d‘autres avertissaient les autres cités des Frères d’ouvrir l’œil sur la frontière et de prévenir au moindre mouvement. Regardant le Chevalier qui l’accueillit, le jeune adolescent retint à peine ses questions. N’attendant pas d’avoir posé le pied au sol, il demanda si les Huns avaient été perçus près des frontières. Il espérait qu’il aurait l’occasion de rencontrer la Mongolie avant qu’il n’envahisse ses terres. Il n’avait pas envie de voir son pays détruit. Il voulait juste le protéger, et si pour cela il devait s’incliner devant eux, alors il le ferait.

« Un groupe d’éclaireurs reviennent de la frontière, ils ont perçus les feux d’un campement dans le lointain, à environ trois jours de chevauchées. Mais le temps qu’ils viennent nous prévenir, si ce sont les Huns, ils ont dû avancer vers nous. »

« Préparez-moi une escorte, trois hommes peu chargés, pour dans une heure. Nous irons à la frontière aussi rapidement que possible. »

Il n’avait aucune envie d’attendre aussi loin de la frontière. Il savait parfaitement que s’il n’avait pas ordonné cela, il n’aurait jamais eu gain de cause. Il se doutait que les frères de l’Ordre n’en ferait aussi qu’à leur tête, pour s’assurer de ne pas perdre un territoire qu’ils avaient eu tant de mal à convertir et à garder. Pourrait-il seulement comprendre sa volonté de ne pas avoir à combattre pour rien ? Que son peuple avait une place importante dans son cœur, qu’il voulait juste les protéger. Même s’il devait pour cela damner son âme.

Repartant avec trois hommes, tous légèrement chargés, il avait fini par opter de demander une compagnie suivant plus loin, au cas où. Cependant, il n’avait rien expliqué de ses idées. Ils pensaient juste qu’il allait faire une reconnaissance des terres pour éviter que le combat ne détruise les terres. Suivant un des éclaireurs en plus de deux hommes qui le suivait depuis Riga, le jeune pays réfléchissait. Il n’avait aucune certitude que les Mongols acceptent un contact avec lui… Sans parler du problème de langue… Cependant… leur problème fut résolu de façon radicalement simple… Quand ils constatèrent que non seulement le campement était plus proche que prévu, qu’il n’était pas à une journée de chevauchée de la frontière, mais qu’ils y étaient déjà arrivés.

Ce n’était pourtant pas le problème majeur… Non, le problème majeur était qu’il y avait juste une petite dizaine d’entre eux qui les encerclaient avec une simplicité écœurante… Ils s’étaient fait avoir en quelques secondes. Ils n’avaient pas réellement été sur leur garde, ne s’attendant à rien avant le lendemain. Et ils avaient tords… Se mordillant la lèvre, le jeune Letton retint un soupir de lassitude. Il ne savait pas réellement quoi faire. Il n’avait surtout aucune envie de lancer un combat peu égal.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
 

1241 – Lèves-toi et marche [PV Mongolie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Hetalia RPG } :: Mémoire Collective :: @ Corbeille :: @ Rps abandonnés-