Partagez | 
 

 [XIVe - Luxembourg] Tout est une question de langues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Ludwig / Allemagne

Admin
L'amour et la haine sont des parents consanguins


Capricorne
Messages : 3308
Age : 27
Localisation : Dans le pays de Goethe

Citation : Save water. Drink beer.
Double Comptes : Roumanie

RPs en Cours : 1. L'Ouest et l'Est : opposition culturelle ? {Japon
3. Ah les crocrocro... {Kemet
3. Avoir peur d'un enfant {Alsace
4. Comme un homme { Prusse
5. [1997] Faire revivre les mythes | Hellas

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: [XIVe - Luxembourg] Tout est une question de langues   Lun 13 Juin - 16:40

    L'ouvrage était aussi épais que lui mais rien ne l'empêcherait d'arriver jusqu'au bout de son entreprise. Après tout c'était un grand garçon, peu importait ce qu'en disaient les autres. Ludwig essuya ses mains moites avant de soulever le livre. « Comment apprendre l'allemand en peu de temps ». Et du temps il lui en manquait : le garçon n'avait fait que quelques mètres se reposant plusieurs fois, ne sentant presque plus ses bras. Mais il s'était dit que son élève ne supporterait pas le confinement de la bibliothèque. Surtout en ce jour radieux.

    Ahanant sous l'effort, le Saint Empire amorça à nouveau quelques pas, jetant plusieurs fois des regards sur les côtés pour éviter tout obstacle. Il y avait tant à éviter. Les servantes empressées avec leur panier de linge montant jusqu'au plafond. Les valets qui devaient courir en tout sens pour faire passer des messages, obéir aux ordres. Les chats qui vous collent aux jambes avides de caresse. Et les chiens qui s'endorment en plein milieu du passage vous obligeant à lever les pieds pour ne pas les écraser.

    Sauf que quand on a un corps de petit garçon court sur pattes, on peut difficilement passer au-dessus d'un chien qui fait le triple de votre taille. Ludwig s'étala mollement sur l'animal, laissant tomber le livre qui glissa quelques mètres plus loin sur le sol.

    - Tu n'aurais pas pu te mettre ailleurs ?

    Le chien regarda le bout d'homme qui lui lançait des éclairs par les yeux, ouvrit la gueule, bailla et se rendormit. Pas du moins du monde impressionné. Ludwig gonfla ses joues, souffla un bon coup pour chasser toute colère. Cahin-caha il grimpa sur le dos du chien afin de parvenir de l'autre côté, roula sur lui-même et courut reprendre son livre.

    Et se retrouva nez à nez avec une autre tête blonde pas plus grande que lui.

    - Ah te voilà enfin Jang ! Je te cherchais partout !

    Montant sur le livre pour paraître plus grand, le Saint Empire planta ses poings sur ses hanches.

    - Tu aurais pu venir m'aider. C'est bien toi qui veux apprendre l'allemand, non ?

    Ludwig se trouvait déjà bien gentil d'aider le Luxembourg à apprendre une langue vivante, alors si en plus il n'y mettait pas du sien...


Spoiler:
 

_________________
« Ich bin eine Kartoffel ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://so-yuyu.livejournal.com/

avatar


Invité

Invité



MessageSujet: Re: [XIVe - Luxembourg] Tout est une question de langues   Lun 13 Juin - 21:23

Spoiler:
 

Il faisait plutôt beau. Et Jang aurait été capable de le deviner sans même lever le nez ou regarder par la fenêtre. Oui, la grande maison était agitée, ce qui ne pouvait que s'expliquer par le beau temps, le soleil et puis aussi l'heure, quelque chose avoisinant midi et demi. Soit, il y avait à peu près des centaines de servants qui se ruaient un peu partout. Et pas un mètre carré de libre pour circuler.

Jang marchait lentement dans les couloirs, prenant soin de n'écraser aucun pied ou queue d'animal, le regard un peu absent. Son professeur aurait déjà dû être arrivé, mais ce dernier tardait, sûrement perdu quelque part dans l'immense demeure.

Jang errait alors, autant dans ses pensées que dans les couloirs.

Il ne remarqua pas immédiatement qu'un bouquin sur pattes se dirigeait vers lui. Ce fut uniquement quand il sentit quelque chose heurter ses pieds qu'il s'arrêta et regarda par terre. Il vit un gros livre et lu rapidement le titre: « Comment apprendre l'allemand en peu de temps ».
Il cligna des yeux et regarda où le livre pouvait bien venir, et il vît une tête blonde bien familière affalée sur un des plus gros chiens de la maison. Ce garçon - car il n'était pas que des cheveux – n'était autre que le Saint Empire que Jang attendait.
Puis il tua dans l'oeuf un petit rire, pas méchant, c'était uniquement qu'il trouvait ça drôle.
Un peu encombrant, le chien, huhu.

-Attends, je vais t'aider à le rama...

Il observa alors le petit garçon faire une sorte de.. roulé-boulé par-dessus le chien, atterrir mollement au sol et saisir le bouquin à sa place.

-...sser.
-Ah te voilà enfin Jang ! Je te cherchais partout !

Se servant de l'ouvrage comme « estrade », Ludwig reprit, lui reprochant de ne pas être venu l'aider. La mine légèrement boudeuse après cette première reproche, Luxembourg ravala un petit « désolé » qui mourru au fond de sa gorge. Mais la matinée était déjà bien avancée et Jang ne voulait pas perdre plus de temps, c'est pourquoi il lui répondit sans traîner:

-Si tu veux bien descendre, je t'aide à porter ça ! Question de sécurité publique. Ça ne te déranges pas j'espère ?

Une fois l'autre petit blond à terre, Jang souleva le livre, poussant un soupir d'effort, fléchissant les jambes pour garder l'équilibre. Écrasé par le savoir d'un livre! .. Non, blague stupide. Après avoir trouvé un équilibre plus ou moins stable, Jang pencha la tête, histoire de croiser le regard de Ludwig.

-Nous allons où? Le jardin, ça irait? Avec ce temps, hein...

Sans réellement attendre de réponse, le blondinet tourna des talons et se mit en route pour le jardin, portant le bouquin à bout de bras. Étant sûr d'être suivi par son professeur du jour, le petit blond poussa la porte qui y menait, au jardin, et sortit à l'air libre. Une brise fraîche venait du nord, et la température frôlait 25°C. Un temps parfait, en somme. Jang se retourna une dernière fois, regardant l'arrière-façade de la maison. Les murs de celle-ci était intégralement recouverts de lierres, sauf au niveau des fenêtres (heureusement).

-Aah, c'est vraiment gentil de m'appendre l'allemand. Le latin, c'est tellement... mort? Bref, tu viens?
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Ludwig / Allemagne

Admin
L'amour et la haine sont des parents consanguins


Capricorne
Messages : 3308
Age : 27
Localisation : Dans le pays de Goethe

Citation : Save water. Drink beer.
Double Comptes : Roumanie

RPs en Cours : 1. L'Ouest et l'Est : opposition culturelle ? {Japon
3. Ah les crocrocro... {Kemet
3. Avoir peur d'un enfant {Alsace
4. Comme un homme { Prusse
5. [1997] Faire revivre les mythes | Hellas

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [XIVe - Luxembourg] Tout est une question de langues   Sam 18 Juin - 20:38

    Ce qui le troublait avec Jayden c'est qu'il n'avait pas peur de lui. Bon certes comment peut-on avoir peur d'un bout de gamin haut comme trois pommes et demies ? N'empêche que ça intriguait Ludwig de pas voir un pays aussi jeune que lui, et à son service, se courber devant lui. Jayden semblait complètement insouciant, bien plus que le Saint empire germanique qui avait grandi trop vite. Ce dernier haussa les épaules à la proposition du Luxembourg de s'occuper de porter l'ouvrage. Avant de lui inculquer un peu de savoir, au moins il se musclerait les bras.

    Ludwig trottinait derrière à la suite de Jayden – mais pourquoi donc avait-il des jambes si courtes ? Sans même se rendre compte qu'il ne fermait pas la marche et que quelqu'un d'autre avait décidé de les rejoindre. Ludwig n'en remarqua la présence que lorsque l'individu décida de lui donner un immense coup de langue sur la tête.

    - A-Aster, retourne voir les autres ! Zou ! Je suis occupé !

    Un autre coup de langue lui nettoyage le visage de bas en haut, laissant une énorme trainée que n'aurait pas renié un escargot français. Résigné, Ludwig lui gratta le museau ce qui calma le chien de toute autre volonté de léchage compulsif. S'essuyant dans ses manches le garçon poussa Jayden jusqu'à un banc où ils purent s'installer et poser (enfin) l'auguste livre. Aster s'allongea à leurs pieds battant doucement de la queue.

    - Le latin reste une grande langue, argumenta le Saint Empire, saisissant la remarque de son homologue prononcée quelques minutes auparavant. C'est un grand héritage, elle doit et devra rester la langue du savoir, de la culture. Tu imagines mener les prières autrement qu'en latin ?

    Avec le latin les cérémonies religieuses prenaient, aux yeux du Saint Empire, un aspect magique. Les paroles des hommes d'Eglise devenaient des formules consacrées capables d'invoquer des puissances incroyables, qui pouvaient être aussi bien bénéfiques que maléfiques. Elles devenaient alors dangereuses et ne devaient être prononcées que dans des lieux consacrées et à voix basse, trop basse pour qu'un démon ne les entende. Ludwig superstitieux ? Peut-être bien. Il regardait toujours un nombre incalculable de fois sous son lit, derrière les rideaux avant d'oser se coucher.

    - Mais je dois avouer que pour parler tous les jours une langue plus malléable ne sera pas de trop. Et ce sera BIEN MIEUX que ce français qu'apprennent tes lettrés à la cour.

    Ludwig ouvrit le livre sans dire un mot de plus. Lui et Francis demeuraient toujours en rivalité, ne cessant de se faire des miches. Surtout que le français avait déjà réussi à développer une langue qui lui était propre bien différente du latin. Il était plus âgé, plus avancé et ça mettait en rogne Ludwig qui peinait durement de son côté.

_________________
« Ich bin eine Kartoffel ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://so-yuyu.livejournal.com/

avatar


Invité

Invité



MessageSujet: Re: [XIVe - Luxembourg] Tout est une question de langues   Mar 5 Juil - 16:53

Jang pensa un instant à ce que Ludwig lui dit. Les yeux rivés sur son homologue, il approuva silencieusement d'un geste de la tête. Il écouta le Saint-Empire jusqu'à la fin, avec une étincelle avide de savoir qui brillait au fond de ses yeux bleus. Pour lui, le fait que Ludwig lui apprenne l'Allemand était une façon de s'ouvrir plus au monde, et pouvoir communiquer autrement qu'en latin n'était évidemment pas de refus. Le Saint-Empire était une grande puissance malgré sa taille, et Jang quant à lui se sentait relativement faible comparé à lui, donc le jeune garçon se disait que peut-être, en se cultivant plus, il trouverait un moyen d'être plus... affirmé? Il était, c’est indiscutable bien que peu moral, plus facile d’être remarquable quand on prenait toute la place, plus aisé d’être reconnu quand on faisait de l’ombre aux autres et bien sûr plus commode de s’imposer quand on était plus fort. ... Pas que Jang espérant réellement un jour atteindre ce statut, loin de là.

Ses pensées s'arrêtèrent là lorsque Ludwig ouvrit le bouquin, et il posa ses pupilles sur les pages devant lui. La leçon pouvait enfin commencer, semblait-il.
Après quelques minutes passées de lecture et de prononciation (« Euf..Aufwieder..Aufwieder.. Aufweederseen.. Auf..* Hein?! »), une servante approcha pour leur offrir deux gobelets d'eau fraîche, repartant aussi sec à ses autres occupations. Sirotant vaguement son eau, Jang parcouru distraitement des yeux les pages, la chaleur le faisant somnoler légèrement. Aster pour sa part ne resta pas très longtemps à leurs pieds, non, il se releva sur ses pattes et contourna le banc. Attaquer de face était une mauvaise idée, mieux fallait charger de côté, prendre l'ennemi de revers...
Avec une joie non contenue, l'animal se positionna derrière eux, la queue remuant frénétiquement, prit un léger élan et...

...Je vous épargne la suite qui, j'en suis sûre, se dessinera très bien dans votre imagination débordante et m'épargnera de décrire la scène inattendue qui se produisit sous les yeux effarés de Jang. Le chien fauteur de troubles détala à toute allure avec le livre dans sa gueule, un petit luxembourgeois furieux à ses trousses.

- Asteeer! Reviens ici gottverdammt!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Ludwig / Allemagne

Admin
L'amour et la haine sont des parents consanguins


Capricorne
Messages : 3308
Age : 27
Localisation : Dans le pays de Goethe

Citation : Save water. Drink beer.
Double Comptes : Roumanie

RPs en Cours : 1. L'Ouest et l'Est : opposition culturelle ? {Japon
3. Ah les crocrocro... {Kemet
3. Avoir peur d'un enfant {Alsace
4. Comme un homme { Prusse
5. [1997] Faire revivre les mythes | Hellas

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [XIVe - Luxembourg] Tout est une question de langues   Mer 13 Juil - 19:01

Spoiler:
 

    Heureusement que Ludwig savait faire preuve d'une patience d'ange dans certaines situations. Sinon il aurait sûrement déjà refermé l'ouvrage et tapé la crâne de Luxembourg avec en espérant que cette méthode serait plus efficace. Mais comprenant que cela n'apporterait que coups et blessures, Ludwig s'était abstenu, tâchant de reprendre Luxembourg sur sa prononciation. Même si cela provoquait des piques de colères chez l'Allemand qui n'hésitait pas à frapper du plat de la main sur les doigts de Jang. Il ferait en sorte que le petit n'écorche aucun mot et parle un allemand im-pec-ca-ble.

    Sauf qu'Aster avait décidé qu'aujourd'hui ne serait pas de tout repos. Ludwig mit du temps à comprendre ce qui s'était passé. Le chien l'avait projeté à terre, nez dans l'herbe. Dégoutant d'eau dans les cheveux, le nez empli de terre, Ludwig s'était rassis et cligné des yeux. Le temps de faire cela, Jang et le chien étaient déjà partis.

    - Ah non ! Il en a profité pour fuir le cours !

    Comment retrouver un garçon et un chien se courant après ? Facile en suivant les cris et imprécations donnés par les servantes et les valets. Ludwig trotta sur ses courtes jambes. Avisa une servante maudire Aster à cause des traces laissés sur les draps fraichement lavés. Dut faire face à la cuisinière qui manqua de l'assommer avec sa louche parce que Jang et Aster avaient traversé la cuisine non sans grimper sur les tables et chiper de la nourriture. Ludwig échappa en passant sous les jupes de la femme – tout en fermant les yeux pour éviter toute image choquante.

    Ainsi de bêtise en bêtise, Ludwig finit par gravir l'escalier menant aux étages supérieures de sa demeure. Et trouva Aster et Jang dans un couloir. Accompagnés de Prusse. Zut, que faisait son grand-frère ici ? Ludwig hésita à repartir comme si de rien n'était, vu que personne ne l'avait remarqué, ou s'avancer et affronter son destin.

    On abandonne pas un homme à terre. Ni un chien.

    Ludwig leva le menton, avança de quelques pas. Son estomac se liquéfia quand Gilbert posa son regard sur lui. Et tendit vers lui une main dont pendait un livre déchiqueté et baveux.

    - Tu peux m'expliquer ceci ?
    - Hé bien euh...

    Ludwig se dandina sur ses pieds, cachant ses mains derrière son dos. Non sans jeter un regard noir à Aster qui se frottait à la botte prussienne. Et qu'il couvrait copieusement de bave.

    - C'est Aster ! Pas ma faute s'il aime faire du papier mâché avec tout ce qu'il trouve !

    Oh et qu'on lui dise pas que c'était facile de rejeter la faute sur le chien. C'était la pure vérité.

_________________
« Ich bin eine Kartoffel ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://so-yuyu.livejournal.com/

avatar


Invité

Invité



MessageSujet: Re: [XIVe - Luxembourg] Tout est une question de langues   Ven 26 Aoû - 18:24

Spoiler:
 

- Hyaa!

D'où venait donc ce cri ? Pourquoi cette personne criait-elle ? Pour connaître les réponses, il fallait se rendre dans la maison où se trouvait Jang en ce moment. Plus l'on s'approchait, plus les cris ainsi que des exclamations indignées étaient audibles. Mais que se passait-il donc ? Arrivé dans la cuisine, tout devenait beaucoup plus clair. On pouvait y voir une poignée de personnes visiblement irritées par le manque de discipline dont faisaient preuve le petit blondinet et Aster.

Jang, d'habitude, n'était pas du genre à chercher les ennuis en semant le trouble autour de lui, mais cette fois-ci était un cas un peu spécial. L'intrusion du chien dans son cours d'Allemand l'affranchissait d'un après-midi qui s'était annoncé long et studieux, et c'était maintenant presque avec de la gaieté que Jang coursait le chien un peu trop joueur.
Sillonnant entre les demoiselles et grimpant sur le mobilier de la cuisine (Oh un biscuit qui traîne), Jang finit par bientôt débouler dans un des longs couloirs et escalader les marches qui conduisaient aux étages, suivant de près Aster. Il ne pensa pas une seule seconde à Ludwig qui peinait pour ne pas les perdre de vue, non, Luxembourg était prit en plein dans le vif de l'action.

Sa course folle ne prit fin que lorsqu'il rencontra un obstacle bien plus difficile à éviter; Prusse. Il s'arrêta à un pas de Gilbert qui était sorti de ses appartements, agacé par le raffut dans les couloirs. Aster posa fièrement le livre en lambeaux aux pieds de son maître, remuant la queue tout naturellement. Prusse ramassa le livre du bout des doigts, pendant que Jang se cachait discrètement derrière le gros chien. Pas que Prusse était le genre d'homme à lui faire avaler le livre comme sanction, mais il préféra quand même se planquer, ne pipant pas un seul mot.

- Charmant, Aster...

Jetant un dernier regard au Prussien qui faisait presque quatre fois sa taille, Jang s'apprêtait à s'éclipser en douceur lorsque Ludwig s'aventura à leur rencontre. Légèrement mal à l'aise, Jang l'observa s'expliquer, obtenant de la Prusse qu'un soupir énervé.

- Faudra ranger tout ça, les enfants. Oui je parle aussi pour toi Luxembourg, te cache pas. Il lui fit signe d'un geste du menton. Aller, filez!

Sans plus de cérémonie, Gilbert retourna dans sa chambre, refermant sèchement la porte derrière lui.
Osant enfin relever le visage de la fourrure de l'animal dans laquelle il s'y était plongé, Jang sourit d'un air un peu contrit.

- Je... Désolé? Entschuldigst du mich?
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Ludwig / Allemagne

Admin
L'amour et la haine sont des parents consanguins


Capricorne
Messages : 3308
Age : 27
Localisation : Dans le pays de Goethe

Citation : Save water. Drink beer.
Double Comptes : Roumanie

RPs en Cours : 1. L'Ouest et l'Est : opposition culturelle ? {Japon
3. Ah les crocrocro... {Kemet
3. Avoir peur d'un enfant {Alsace
4. Comme un homme { Prusse
5. [1997] Faire revivre les mythes | Hellas

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [XIVe - Luxembourg] Tout est une question de langues   Mer 14 Sep - 21:08

    Tout ceci aurait pu être pire. C'est ce que se répétait Ludwig alors même qu'il se retrouvait à nettoyer l'imposant escalier de la demeure. Avec pour tout ustensile qu'un vieux chiffon et un seau d'eau. Le gamin avait beau frotter de toutes ses forces, les tâches demeuraient encore nombreuses. Même avec l'aide de Jang ils en auraient pour des heures. Sans compter qu'il restait les couloirs et toutes les pièces que la troupe avait maculé de boue. Oui ça aurait pu être pire. Gilbert aurait pu leur coller une fessée chacun. Rien qu'à y penser, Ludwig crut sentir la douleur et se rassit posément. Avant de tremper le chiffon dans le seau posé près de lui.

    - Jang, doucement ! Tu vas te fatiguer à ce rythme !

    Autant économiser ses forces devant l'ampleur colossale de la tâche. Laissant le chiffon s'imbiber d'eau, le garçon remonta les marches pour arriver auprès de Jang, occupé à l'autre extrémité de l'escalier. Avec un ton qui se voulait doux et non autoritaire, Ludwig lança une remarque.

    - Tu tiens mal ton balai. Tu es en train de te couvrir les pieds de poussière.

    Posant ses mains sur celles de Jang qui tenaient toujours le manche, il imprima à ceux-ci le mouvement adéquat. Alors que les moutons de poussière glissaient par terre, Ludwig se rappela cette servante qui savait si bien balayer. Toute petite à côté de l'objet de ménage gigantesque, elle arrivait à chasser la saleté de la pointe de son balai – et les soucis avec le sourire. Une vraie fée du logis. Que ne pouvait-il faire pareil ?

    - Alors on rêvasse ?

    La voix grave le fit sursauter et lâcher le balai. En voulant s'écarter pour voir qui avait parlé, il écrasa le pied de Jang. Cumulant les gaffes et agrandissant le sourire de la cuisinière qui lui tapota le crâne. Dur d'inspirer le respect quand on a l'apparence d'un gamin de dix ans.

    - Mettez-y plus d'entrain les garçons. Sinon y aura pas de dîner ce soir.

    Ludwig ouvrit la bouche, outré. La referma pour éviter de gober les mouches. Être privé de dîner, comme un simple gosse. Il enrageait et secouait le poing dans les airs quand la cuisinière disparut des environs. (Pas envie de se faire pincer les oreilles)

    - Mais on est pas des enfants ! Pourquoi ils nous traitent tous comme ça ? Les humains, et les nations plus âgées ?

    Ludwig baissa le poing et prit en témoin Jang en le sondant du regard.

    - Je suis certain que Gilbert a fait des bêtises pire que les nôtres quand il était plus petit.

    Le gosse n'avait pas tort.


Spoiler:
 

_________________
« Ich bin eine Kartoffel ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://so-yuyu.livejournal.com/



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [XIVe - Luxembourg] Tout est une question de langues   

Revenir en haut Aller en bas
 

[XIVe - Luxembourg] Tout est une question de langues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Hetalia RPG } :: Mémoire Collective :: @ Corbeille :: @ Rps abandonnés-