Partagez | 
 

 Créer des liens ? Puisqu'il faut... [Zorah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Bhakchy/ Nepal

Mentir ? C'est quoi ?


Capricorne
Messages : 39
Age : 20
Localisation : La haut, en Himalaya !

Citation : La vérité prévaut toujours !
RPs en Cours : L'entraide est la plus belle création du monde [Suisse]

MessageSujet: Créer des liens ? Puisqu'il faut... [Zorah]   Lun 15 Aoû - 12:34

Voici donc cette ville de Prague... Mon chef m'a assuré que je m'y plairais et qu'elle avait beaucoup d'histoire... Bon au moins cette ville est loin d'être plane je ne serais pas trop dépaysé sur ce point. Ou suis-je censé avoir rendez-vous avec la nation déjà ? Et bien je vais forcément retrouver non... En attendant je m'octroie une petite visite de la ville. Certaines personnes me regardent un peu de travers... Quoi, ils n'ont jamais vu quelqu'un marcher avec un bâton ? C'est mon habitude je ne souhaite pas en changer... Enfin que pourrais-je donc visiter en attendant ? Je ne connais pas assez la ville pour savoir malgré les nombreuses brochures que mon chef m'a donné dessus. Alors à la place je m'assoie sur la terrasse d'un café et commande un café. Prague a beau être une ville occidentale, il faut bien admettre qu'elle est vielle et garde les traces de son passé... Ce qui ne me dit toujours pas où est mon rendez-vous ni que visiter ? Le mieux serait de trouver La mairie ou un autre bâtiment administratif... A l'aide d'un plan j'essaye de retrouver ma position : Place Venceslas. Je crois bien que les brochures en parlent. Cela expliquerait le monde en tout cas. A peine je paye mon café que je repars à la recherche d'aide... Ce fut long et tortueux. Je fus bien content d'avoir gardé mon bâton de marche malgré les ordres du chef, mais voilà j'ai retrouvé notre point de rendez-vous et pile à l'heure ! L'hôtel de ville de Prague, assez beau je dois dire. Je pousse les portes et me dirige directement à la réception :

"_Bonjour, j'ai rendez-vous ici... Pour le Népal. Merci"

Quoi, je viens en effet pour mon pays ! Pourquoi devrais-je lui préciser que c'est moi ? En attendant qu'on m'accueille (et autres joyeusetés administratives) Je m'assoie sur les marches de l'entrée et je réfléchis déjà à l'entretient sous toutes les formes possibles. Quand on m'appelle, je me lève précipitamment et rentre à nouveau. Alors, qui dois-je rencontrer ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité



MessageSujet: Re: Créer des liens ? Puisqu'il faut... [Zorah]   Lun 15 Aoû - 16:09

    Aujourd'hui, le 02 mars 1994
    Do prdele.

    Cela aurait put être un 2 mars comme Zorah en avait tant vu. Un 2 mars ennuyeux. Un 2 mars banal. Un 2 mars chiant au possible en somme. Sauf, qu'en cette année là, il semblerait que les dirigeants de la Nation en aient décidé autrement. En effet, aujourd'hui, la République Tchèque devait faire son possible pour tisser un lien durable, diplomatique, avec une Nation qu'elle n'avait encore jamais vu et qui, pour tout dire, ne l'intéressait pas le moins du monde: le Népal. D'ailleurs... Où est-ce que c'était le Népal, hein ? Tout ce qu'elle savait c'était que cela se situait en Asie. Après... Le vide intergalactique, le trou noir, le bug informatique, et j'en passe. Enfin... Elle aurait put se renseigner sur son invité, qui ne tarderait pas à arriver, pour sûr, mais elle ne l'avait pas fait. Elle n'en avait pas envie, donc elle n'avait pas essayé de s'intéresser au petit pays, ni même fait semblant. Elle avait mieux à faire. Beaucoup mieux même, que de recevoir un parfait inconnu dans sa capitale dont elle était si fière. La demoiselle avait bien essayé de dire à son boss qu'elle en avait rien à secouer du Népal, qu'elle ne savait même pas où ça se trouvait et qu'elle ignorait encore plus qu'elle était sa capitale. Mais celui-ci n'en avait eu rien à faire: elle devait tisser des liens avec le népalais aujourd'hui, point à la ligne. Il avait ignoré ses protestations, ses cris de colère et tout ce qui allait généralement avec ses sautes d'humeurs. Pendant de longues minutes-voire même heures-elle s'était explosée les cordes vocales afin que tous puissent entendre à quel point cette rencontre ne l'enchantait guère. Mais, à priori, soit elle leur avait tous crevé les tympans, soit ils étaient tous sourd depuis le début, car personne ne lui prêta la moindre attention. Et puis, il fallait dire qu'ils avaient l'habitude aussi. Depuis le temps qu'ils côtoyaient la miss …
    Miss qui, dans un élan de rage, avait violemment ouvert la porte de son bureau, envoyant la pauvre plaque de bois heurter le mur dans un grand fracas, juste avant de la claquer avec encore plus de hargne. Les meubles vibrèrent légèrement sous le choc, quelques cadres tanguèrent, menaçant de s'écraser lamentablement sur le sol, dans un désagréable bruit de verre brisé. S'approchant d'un pas furibond de la petite table où était entreposée une pile de dossiers triés la veille, elle envoya un coup de pied rageur dans ladite table, qui se renversa, déclenchant une pluie de feuilles blanches qu'il faudrait de nouveau trier ce soir ou demain. À cela s'ajouta une douleur lancinante au bout de son pied, ce qui fit croître son énervement.

    « Sakra ! Jura-t-elle entre ses dents serrées, tout en sautillant sur un pied, massant ses orteils meurtris à travers son soulier en cuir. To bolí ! »

    Clopin-clopant, elle se dirigea vers le fauteuil le plus proche, dans lequel elle se laissa choir négligemment. Elle ôta ses souliers qu'elle envoya valdinguer à l'autre bout de la pièce, puis se pencha vers son pied endolori pour constater les dégâts. Après quelques secondes d'examen minutieux, la blonde fit une moue boudeuse digne d'une enfant de cinq ans avant de s'enfoncer un peu plus encore dans son confortable siège. Rien de grave. Elle aurait peut-être mal pendant un jour ou deux mais sans plus. Cool. C'était la bonne nouvelle de la journée: elle ne s'était pas cassée un orteil de la façon la plus ridicule qui soit.
    Bientôt ses yeux se fermèrent, et sa respiration se fit moins rapide, plus régulière. Comme si elle venait de s'endormir. Alors qu'en fait il n'en était rien. Elle reposait juste ses yeux fatigués...

    Zorah sursauta quand elle sentit une main se poser sur son épaule, accompagnée par une voix qui lui indiquait que son hôte était enfin arrivé. De mauvaise humeur, elle dégagea sèchement son épaule, marmonnant qu'elle arrivait dans peu de temps.

    Quelques minutes plus tard, ses chaussures aux pieds et l'air encore moins chaleureux qu'auparavant, elle prit la direction qu'on lui avait indiqué, et ne tarda pas à trouver le népalais, assit sur le seuil de la jolie mairie qu'était celle de Prague.
    Elle toussota fortement, dans le but d'attirer, avant de prendre la parole d'une voix sèche:

    « C'est toi le Népalais ? Allez viens, bouge tes fesses vite fait, j'ai pas envie de passer ma journée à te taper la discut'. J'ai mieux à faire. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Bhakchy/ Nepal

Mentir ? C'est quoi ?


Capricorne
Messages : 39
Age : 20
Localisation : La haut, en Himalaya !

Citation : La vérité prévaut toujours !
RPs en Cours : L'entraide est la plus belle création du monde [Suisse]

MessageSujet: Re: Créer des liens ? Puisqu'il faut... [Zorah]   Lun 15 Aoû - 16:58

Première remarque : Cette fille n'est pas ravie de me rencontrer, et d'ailleurs je ne le suis pas plus. Seconde remarque : je ne vais pas aller loin avec une fille si familière. Enfin troisième et dernière remarque : Elle est particulièrement franche. Cette synthèse improvisée dans ma tête m'arrache un sourire : je sens que l'entente sera plus rapide qu'il n'y parait. Pour la faire enrager un peu, je prends mon temps pour me lever avant de m'approcher d'elle. Je lui tends la main sans un sourire et je réponds à sa "charmante" présentation d'un ton froid comme le sommet de l'Himalaya :

"Je devrais dire "ravi de vous rencontrer" seulement je ne le suis pas... Autant vous dire : je ne sais rien de vous malgré les efforts de mon chef pour m'apprendre votre culture, j'ai aussi de meilleures occupations que de venir discuter avec une fille ma foi fort contrariante et j'ai hâte que ça se finisse..."

Quoi ? Mademoiselle est franche alors je le suis également. Moi qui avait peur d'être inconvenant avec ma franchise, je suis assez tranquille en réalité. Et au moins je n'ai pas à faire à un hypocrite léchant le derrière de son supérieur, ce sera plus simple pour moi... Après un long soupir je reprends en la fixant dans ses yeux émeraudes :

"Malgré tout, tu m'as dit ce que tu pensais sans détour et je t'en remercie... Je me nomme Bhakchy."

A elle de se faire une opinion de moi maintenant. Je regarde un bref instant la porte avant de revenir sur la Tchèque... J'espère que l'entretien ne sera pas dans un bureau d'ici. Je déteste avoir à rester assis dans une pièce face à quelqu'un... Et puis si la fierté de cette fille pour son pays est telle que la rumeur prétends, elle devrait accepter de me faire une petite visite. Je serre les lèvres pour m'assurer de ne pas lui demander. En attendant de bouger je m'appuie sur mon bâton de marche. J'espère qu'on en viendra pas aux mains, il n'est même pas question que je me batte... Et puis quoi encore manger un steak ? Enfin bref, chien qui aboie beaucoup mords peu...
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité



MessageSujet: Re: Créer des liens ? Puisqu'il faut... [Zorah]   Ven 19 Aoû - 16:10

Spoiler:
 

    Les bras croisés sous sa poitrine, Zorah attendait impatiemment que son interlocuteur daigne enfin se lever, afin qu'ils puissent enfin débuter le travail que leur boss respectif leur avait confié. Son regard vert, rivé sur la silhouette de son hôte, lançait des éclairs furieux tout en le regardant prendre son temps. Le faisait-il exprès ? À priori oui... Ce qui l'agaçait fortement. Elle n'avait pas que ça à faire, comme elle l'avait déjà si bien dit plus tôt, alors pourquoi ne se bougeait-il pas un peu plus ? Était-ce parce qu'il n'avait pas apprécié la façon dont la demoiselle s'était adressée à lui et que, en faisant cela, il se vengeait plus ou moins ? Si oui, et bien cela était fort fâcheux. Et puéril. Car s'il ne se faisait pas rapidement au mode d'expression de la blonde, et bien, tous n'étaient pas sortis de l'auberge. Et qui sait ce qu'il adviendrait des liens diplomatiques qu'ils étaient censé instaurer entre les deux nations.

    Zorah ne put réprimer une grimace en songeant aux remontrances auxquelles elle aurait droit si jamais elle échouait. Son boss était trop sévère avec elle, trop exigeant. Il savait parfaitement que la diplomatie n'était pas son fort, que son truc, à elle, c'était de frapper, puis de discuter ensuite, et non l'inverse. Bon sang. Et le népalais qui ne faisait aucun effort pour arranger la situation. Bon, okay, elle était gonflée de penser ça alors qu'elle même n'avait nullement l'intention d'en faire, mais tout de même. C'était un homme, il se devait donc d'être galant avec la demoiselle frêle et sans défense [erm...] qu'elle était. Oui, elle aimait bien, de temps à autre, se la jouer ''aidezmoijesuisunejeunefillefrêletsansdéfensenemefaitespasdemal''. Mais cela ne marchait que rarement, vu qu'elle ne savait as garder son sang-froid, elle finissait bien souvent par hurler ou bien frapper quelque chose (ou quelqu'un). Chasser le naturel et il revient au galop, comme on dit souvent. Sauf que chez la nation, ce n'était pas au galop qu'il revenait, le naturel, mais au triple galop, voire même quadruple. Enfin bref, la question n'était pas là.

    Elle n'avait pas bougé d'un pouce, fixant toujours Népal de son regard sévère et froid, l'écoutant d'une oreille ce qu'il débitait. Des conneries. Il n'était pas content de la rencontrer ? Il devait se douter que ce sentiment était réciproque, vu la froideur de l'accueil que la blonde lui avait réservé, alors s'il voulait repartir, il était libre de le faire. Néanmoins lui aussi avait des obligations, obligations qu'il devait à tout prix tenir. Ahahahah... C'était ça, d'être une nation. Obéir au boss, tout faire pour les citoyens, les protéger du mieux qu'on pouvait. Et pour ce faire, la représentante de la Tchéquie se devait de faire abstraction de soit, de ne pas balancer les répliques glaciales et peu polies qui lui brûlaient la langue.

    Diplomatie, diplomatie.

    Aussi loin qu'elle se souvienne, la Tchèque n'avait jamais vraiment eu de réel contact avec Népal... Elle ignorait tout de lui et ne faisait pas grand chose pour combler ses lacunes. Cela aurait pourtant été plus facile si elle s'était renseignée à son sujet, cependant, elle ne l'avait pas fait. Elle avait préféré écouter sa flemme plutôt que son bon sens.

    La blondinette hésita longuement à saisir la main tendue du Népalais, qui se présentait sous le nom de Bhakchy, la contemplant d'un air perplexe. C'était bien la première fois que quelqu'un la remerciait pour sa franchise, et cela la surprenait. Oui, d'habitude, on la qualifiait plutôt d'idiote, d'imbécile, de sans-gêne et d'autres choses dont elle ne se souvenait pas tant cela l'avait marqué. /ironie/ Mais jamais, Ô grand jamais, un ''merci'' n'était venu glisser jusqu'à ses oreilles pour ça...
    Elle grinça des dents, toujours aussi septique, avant de décroiser les bras et de laisser ses doigts se nouer autour de la paume de son invité. Bien qu'elle se soit décidée à paraître quelque peu ''agréable'', dirons-nous, l'expression de son visage n'en restait pas moins dure et sévère. Rapidement, elle rompit le contact, laissant sa main retomber le long de son corps.

    « Zorah Novakova. » marmonna-t-elle juste, en guise de présentation.

    Et sans plus attendre, elle tourna les talons, faisant signe à Bhakchy de le suivre. Elle se fichait bien de savoir si ce dernier avait envie de rester à l'intérieur ou non. Elle, elle en avait envie. Une balade dans les rues sinueuses Prague ne lui disait rien pour le moment. La seule chose qu'elle désirait maintenant était d'aller dans le bureau qui lui avait été attribué afin de mettre rapidement un terme à cette rencontre, qu'elle jugeait de futile. La Tchéquie n'était jamais entré en conflit avec le Népal, et les deux nations ne se disputeraient probablement jamais, avec ou sans liens diplomatiques.

    C'était vraiment ridicule.

    D'un pas rapide, la demoiselle avait parcourut les longs couloirs de l'hôtel de ville. Elle s'était arrêtée face à la porte qui bloquait l'accès à la pièce dans laquelle elle travaillait habituellement. Sans la moindre délicatesse, elle poussa la porte qui claqua, une fois de plus, et ne prit pas la peine de la refermer, laissant son invité le faire à sa place. Elle contourna la table qu'elle avait renversé plutôt, et qui gisait toujours sur le sol, ne prêtant aucune attention aux papiers éparpillés par terre, marchant dessus comme s'ils n'étaient pas là. Elle s'approcha de son bureau, le contourna et se laissa tomber sur le siège qu'elle avait quitté quelques temps plus tôt pour récupérer le Népalais. Ses doigts se posèrent instinctivement sur le bout des accoudoirs du fauteuil qu'elle occupait, et se mirent à triturer les coutures. Son regard vert, lui, décida de regarder le ciel à travers le double-vitrage. Bleu, avec quelques nuages de coton blanc. Aujourd'hui, il faisait beau, bien que les températures restent assez fraiches, et les tchèques semblaient bien décidés à en profiter, se baladant seul ou en couple. Pour rien au monde Zorah ne l'aurait avoué, mais le fait était qu'elle appréciait de voir les gens comme ça, s'agitant dans les rues, aux terrasses des cafés, dans les squares. C'était, en quelque sorte, son petit plaisir perso' et inavouable. Enfin bref... Confortablement installée dans son fauteuil, la demoiselle ne put s'empêcher de penser qu'une bonne bière serait la bienvenue, oubliant momentanément Bhakchy.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Bhakchy/ Nepal

Mentir ? C'est quoi ?


Capricorne
Messages : 39
Age : 20
Localisation : La haut, en Himalaya !

Citation : La vérité prévaut toujours !
RPs en Cours : L'entraide est la plus belle création du monde [Suisse]

MessageSujet: Re: Créer des liens ? Puisqu'il faut... [Zorah]   Dim 28 Aoû - 9:43

Il était évident qu'elle n'avait pas trop aimé ma lenteur volontaire. Mais malgré tout elle me répondit quand même en apprenant son nom. Zorah Novakofa, si j'ai bien entendu... Je ferais de mon mieux pour retenir. Comme je lui ai donné d'office uniquement mon prénom, je ne l'appellerais qu'avec le sien. Enfin ça me semble logique. Et si elle a capté mon léger regard vers l'extérieur, celle-ci préfère un bureau... Diplomatie et amitié Bhakchy, ce n'est pas grave. J'ai un peu de mal à la suivre dans ce dédale... Même son hôtel de ville, elle ne me laisse pas le temps de le visiter. Je la suis donc vivement avec le bâton posé sur l'épaule. Enfin nous arrivons dans son ... Stop ! retour image ! C'est un bureau ce capharnaüm ? Je croyais qu'il n'y avait pas de tornade dans ce coin de la planète... Mais là c'était... Je referme délicatement la porte en vérifiant les si les gonds tenaient le coup, bien que je n'y connaisse pas grand-chose. Cette fille n'est décidément pas la délicatesse incarnée, mais je dois faire avec donc silence ! J'attends qu'elle reprenne la parole, mais elle semble dans ses pensées. Je redresse une chaise et me pose dessus, continuant de faire tourner mon bâton dans mes mains, sans rien dire. Voyant qu'elle n'est pas prête à s'occuper de son invité, je toussote en espérant qu'elle me remarque et prends les choses en main :

"Vu que nous ne sommes pas décidé à la discussion, faisons ça au plus vite... Qu'attendez-vous, toi ou ton supérieur, de ce lien ?"


Je me permets de tutoyer sans gène, après tout elle le fait aussi. Le temps est assez agréable, peut-être je visiterais après finalement. Tout dépend de mon entretien avec Zorah. Mon metier à tisser me maque déjà mais je n'ai pas pu le prendre. A la place, j'ai gardé dans mon sac un cadeau que j'ai fait -avec plus ou moins de bon cœur- pour elle. Une veste au couleur de nos pays... Ben oui, nos drapeaux ont les même couleurs, alors je dis nos... J'ai du faire la veste un peu à tâtons pour les mesures, mais j'espère qu'elle aimeras... Même si je ne compte pas la donner tout de suite. Si j'estime que nous nous entendrions bien seulement... Pour l'instant je n'ai pas trop d'avis. Je réfléchis à ce que MOI je peux bien attendre de cette relation incongrue, mais franchement parlant je ne trouve pas grand-chose de valable. Je suis là pour mon chef... Pourquoi ne font-ils pas eux-mêmes le déplacement, bon sang ? Ca éviterais au pays comme Zorah et moi de nous ennuyer avec des inconnus. Vu qu'ils veulent créer un lien, pourquoi ils ne le font pas de leur propre mains ? Être une nation peut être vraiment contraignant, mais de toute façon je n'ai pas le choix, c'est à nous de créer ce lien. Mais que mon chef ne se plaigne pas si ça ne correspond pas à ses attentes.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité



MessageSujet: Re: Créer des liens ? Puisqu'il faut... [Zorah]   Dim 11 Sep - 10:45

    "Vu que nous ne sommes pas décidé à la discussion, faisons ça au plus vite... Qu'attendez-vous, toi ou ton supérieur, de ce lien ?"

    Les lèvres de Zorah restèrent closes, comme cousues avec un fil invisible. Ce qu'elle et son boss attendaient de lui, Népal ? Bonne question. Pour la Nation tchèque, la réponse était claire: elle n'attendait rien de cette rencontre. Absolument rien. Elle n'avait guère envie de tisser quelque lien avec ce...jeune homme qui, à ses yeux, se trouvait bien trop loin de chez elle. Ils ne partageaient rien, n'avaient rien en commun, et cela ne changerait probablement jamais. Déjà rien qu'au niveau du caractère les deux nations semblaient bien différentes. L'une plus calme et diplomate que l'autre, qui était dépourvue de toute forme de délicatesse. Cela ne serait donc jamais la grande entente entre ces deux-là. Jamais Zorah ne rirait avec Bhachky, c'était un fait. Déjà qu'elle ne se permettait d'éclater de rire que rarement, ce ne serait certainement pas en présence du népalais. Ses longs doigts, fin et pâles, se mirent soudainement à jouer distraitement avec l'une de ses longues mèches aussi blonde que le soleil qui brillait actuellement au dessus de Prague et la tordit dans tous les sens, l'enroulant autour de ses doigts avant de tirer dessus pour défaire les noeuds qu'elle avait fraîchement créé. Les bruits de l'extérieur venaient sans mal chatouiller les oreilles de la nation qui était tout ce temps presque totalement immobile dans son fauteuil. Les jambes croisées et les fesses à moitié dans le vide, la demoiselle avait bien conscience que cette position ne convenait guère à la situation, mais c'était ainsi qu'elle se sentait le mieux. Elle ne put réprimer un soupir las, avant que ses mains ne viennent s'appuyer sur les accoudoirs de son fauteuil, la forçant ainsi à se redresser. Maintenant debout, Zorah se mit à faire les cent pas dans son bureau qui ressemblait à un champs de bataille. Le bruit de ses souliers sur le parquet lustré résonnait dans la pièce, de façon régulière et agaçante, ce qui poussa la demoiselle à arrêter sa marche. Elle s'était arrêtée face à sa fenêtre, et regardait à travers la vitre, l'air sévère. Ses yeux verts scrutèrent le ciel, où flottaient des morceaux de nuages blancs, puis se posèrent sur le sinueux dédale que formaient les rues de sa capitale. De là, elle en avait une vue parfaite...

    Soudainement, elle se retourna vers le népalais, les bras croisés sous sa poitrine. La tchèque se rappela rapidement les mots que son président lui avait adressé le matin même. Des liens diplomatiques, hein ? Et bien, elle allait voir ce qu'elle pouvait faire.

    "Hmmm... Pour tout te dire, moi j'm'en fiche de cette rencontre, mais à priori nos boss veulent que nous créons des liens diplomatiques... Fit-elle en insistant sur le diplomatique.Enfin, c'est c'que m'a dit le mien, de boss..."

    Fixant son interlocuteur quelques instants, elle finit par détourner le regard et rejoindre son fauteuil qu'elle avait quitté quelques minutes plus tôt. Elle se laissa littéralement tomber dessus, comme si son corps pesait des tonnes. Elle souffla sur les mèches qui lui étaient tombées devant les yeux, l'air lasse, avant de reprendre la parole, brisant le silence qu'elle trouvait inconfortable.

    "Et toi ? Qu'est ce que t'attends de cette rencontre ? Dis-moi, qu'on en finisse vite..."

    Diplomatie Zorah, diplomatie...

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Bhakchy/ Nepal

Mentir ? C'est quoi ?


Capricorne
Messages : 39
Age : 20
Localisation : La haut, en Himalaya !

Citation : La vérité prévaut toujours !
RPs en Cours : L'entraide est la plus belle création du monde [Suisse]

MessageSujet: Re: Créer des liens ? Puisqu'il faut... [Zorah]   Mer 26 Oct - 14:14

Je soufflais lentement en préparant ma réponse. Je sais à quel point ma réaction était stupide mais je souhaitais tenter le tout pour le tout. J'observais miss Zorah se lever et marcher dans toute la salle... Chacun sa façon de réfléchir dira-t-on. Je claquais ma respiration sur les claquements de ses chaussures. inspiration expiration, inspiration expiration, et ainsi de suite... Moi aussi j'avais à me préparer. Car il était plus qu'évident qu'elle allait aussi me poser la question. Pour commencer je n'aurais jamais du la poser. Mais c'est trop tard. Et puis, comme elle est également du genre franche, ce qui est d'ailleurs notre unique point commun jusque là, elle ne devrait pas me faire trop de cadeau. Alors pourquoi depuis out à l'heure, je m'échine à croire une chose aussi absurde pour la lui sortir aussi honteusement. Après s'être enfin arrêtée, elle croise les bras et finit enfin pas me répondre :

"Hmmm... Pour tout te dire, moi j'm'en fiche de cette rencontre, mais à priori nos boss veulent que nous créons des liens diplomatiques...Enfin, c'est c'que m'a dit le mien, de boss..."

Je me permis d'esquisser un sourire. Donc elle n'attendait rien.;.. Le contraire m'eut étonné mais on ne sait jamais. Les boss... J'en reviens à ma réfléxion de tout à l'heure : qu'ils fassent leurs "liens diplomatiques eux-même au lieu de nous forcer... Mais encore une fois, elle ne m'a pas menti. Alors quand elle me retourne la question de façon moins posée, Je souffle un moment et me racle la gorge. Faisons des efforts, pour nos chefs. De gros efforts.

"Je sou..."Aller courage mon vieux ! "Je sou-souhaite... souhaiterais..."

Je serre le fauteuil jusqu'à ce que mes phalanges soient aussi blanches que celle d'un Européen. Je sens malgré moi mes jambes trembler. Elle doit me trouver ridicule voir juste ennuyeux.

"Je sou-souhaite.. terais m'ou... m'ouv-vrir."

Je lâche un long soupir, comme si je revenais d'une course en apnée. Mes muscles se détendent d'un coup, au point que je m'affaisse dans le siège. C'était impossible, bien sûr. Je ne pouvais pas lui mentir. Ce n'était scientifiquement pas concevable que je puisse mentir. Je me redresse et me racle la gorge avant de reprendre :

"Désolé, ne fais pas trop attention à ce qui s'est passé. Mes motivations sont comme les tiennes : quasi-nulles. Mais nos chefs semblent très intéressé par ce projet de lien."

J'hésite un instant avant de libérer le reste de ma pensée. Si elle ne le dit pas clairement, il y a a nouveau e fortes chances pour qu'elle le pense aussi. Et puis, il faut que je me rattrape de ma tentative de mensonge particulièrement piteuse.

"Et comme ces messieurs refusent de bouger de leur chez-eux pour ça, il faut que nus nous occupions à nos regrets. Nevadi, comme on dit chez vous c'est ça ?"

Bon d'accord, je sens que mon accent pourrait être énormément travaillé. Et j'ai entendu ça durant ma petite balade. Mais c'est un investissement non ? Pas besoin de lui dire que j'ai découvert cette expression par hasard.

[HP : Désolé de l'énorme retard, j'ai eu pas mal de souci... Encore désolé]
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Créer des liens ? Puisqu'il faut... [Zorah]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Créer des liens ? Puisqu'il faut... [Zorah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Hetalia RPG } :: Mémoire Collective :: @ Corbeille :: @ Rps abandonnés-