Partagez | 
 

 [Juin 1866 - 3 juillet 1866] Les derniers instants d'une alliance et d'une liberté [PV Autriche]]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Reinhard W. / Saxe

La confiance est un grand défaut ~ les patates ça donne la pêche!


Messages : 73

MessageSujet: [Juin 1866 - 3 juillet 1866] Les derniers instants d'une alliance et d'une liberté [PV Autriche]]   Mar 13 Déc - 21:52

Sadowa 2 juillet 1866 ; 12h avant la bataille.

Assis sur son cheval, il semblait rêvasser tout en regardant son armée marcher jusqu’au lieu de rencontre, prête au combat, ils voulaient en découdre une fois pour toute avec ces sales Prussiens, ils voulaient tous surtout revoir leur femme et leurs enfants, boire une bonne bière avec les camarades. Si seulement les autres étaient encore en vie ! Il faisait frisquet en ce mois de juillet, 17° environ, avec un petit vent doux et frais. Saxe lui était bien habillée: botte grise barbouillé de boue, pantalon gris lui aussi plein de boue, une veste bleue, un bleu assez français avec des boutons dorés, du rouge au niveau du col et des manches, une ceinture blanche tout autour de sa taille. Aucunes décorations ne figuraient sur sa poitrine, en même temps, Reinhard était tellement « vieux » qu’une bonne partie des soldats l’avait déjà vu lorsqu’ils étaient que des enfants. De ses mains gantées blanches, il tenait fermement ses rênes de son cheval qui était au pas, mais devait parfois accélérer car les soldats marchaient assez vite malgré tout. Saxe sembla se réveiller puis réfléchit à ce qu’il devait dire à Autriche lorsqu’il arriverait. On lui fit signe à la tête du peloton. Il donna un coup sur les flancs de l’animal rejoignant aussitôt l’avant. Son casque noir en pointe dorée lui glissa sur le front, il le remit maladroitement lorsqu’il fut à la hauteur de ses interlocuteurs.

-Et bien, que ce passe-t-il ?

-Là-bas monsieur ! Nous arrivons !

Ils s’arrêtèrent. Le terrain était un peu vallonné c’est pour cela qu’ils pouvaient voir au loin l’immense campement d’Autriche qui lui aussi était un peu en hauteur par rapport à la forêt et au village un peu plus loin en contrebas. Le général des armées et le Roi de Saxe devaient se trouver là-bas eux aussi. Saxe et un autre général avait pris les rênes de l’armée pour l’emmener au lieu de rendez-vous.
Reinhard se retourna vers un des officiers à cheval et lui ordonna :

-Part annoncer la nouvelle, cela les motivera et on arrivera plus vite.

-Bien.

L’officier suivi d’un autre firent demi-tour et remontèrent la file. Effectivement, quelques minutes plus tard, la tête du peloton sentit une nette amélioration de la cadence. Reinhard sourit : d’ici une demi heure ils devraient être enfin arrivés, les soldats pourront se reposer, ils faillaient qu’ils soient en forme pour la guerre, mais lui, devra faire ses rapports à ses supérieurs et Autriche son unique allié dans cette bataille pour la liberté et l’indépendance.
Ils sortirent du chemin caillouteux qu’ils avaient suivis depuis trois bonnes heures, ils se frayèrent un passage dans les champs de blés pour aller plus rapidement, Reinhard s’attarda sur quelques épis blond presque comme ses cheveux qui dansaient avec le vent. Certains derrière discutaient sur la tête que les paysans auraient lorsqu’ils verraient cela. Saxe pensa plutôt à la tête que ses agriculteurs feraient en découvrant quelques cadavres dans leur champ, il pensa à des cadavres prussiens vaincu par les Saxons. Il sourit et fit trotter plus vite son cheval.

Ils arrivèrent à proximité du camp Autrichien, Saxe ordonna de planter les tentes dans la terre meuble et qu’après ceci ils avaient quartier libre pour se reposer et être en forme, ils allaient après faire un repérage des lieux. Saxe toujours sur son cheval fit signe au général et tout deux partirent en direction du camp allié.
Le raffut de l’arrivée et de l’installation des troupes de Saxe, avaient déjà alerté les soldats Autrichiens croyant à une attaque. Mais en voyant les drapeaux, la tension baissa. Saxe put rentrer sans problème dans le camp : il était accompagné de soldats Autrichiens qui avaient envoyés pour vérifier si c'était une attaque ennemi ou non. Il profita de l’occasion pour demander la tente d’Autriche.

-Elle se remarque plutôt bien, elle est un peu plus grosse que les nôtres. Allez tout droit, vous devriez trouver.

Saxe hocha de la tête et le remercia. La politesse avant tout. Son général le devança, plus rapide. Reinhard descendit de cheval, il en pouvait plus de ses longues heures de trots, il préféra continuer le reste à pied malgré un certain déséquilibre et mal fessier qu’il avait à force d’être resté en selle. Le camp était en pleine activité : entrainement au tir, corvée ménage, entrainement à cheval etc… Il rejoignit son général qui caressait avec beaucoup d’attention son cheval qui avait l’air d’être très content d’arracher le peu d’herbe qu’il trouvait par terre tellement il avait faim. Saxe laissa le sien un peu plus loin évitant ainsi les conflits pour un bout de verdure.

-Allons-y, depuis le temps qu’ils doivent nous attendre.

Saxe calme et serein, entra le premier sous la tente, puis le général mais à leur grande surprise ils ne virent personne. Reinhard très méfiant s’insurgea :

-Comme quoi ! On ne peut confiance à personne dans ce bas monde !

Il bougonna tout seul croyant à une mauvaise blague du soldat Autrichien, son compagnon essaya de calmer le jeu, mais il se fit vite fait renvoyer dans les choux. Ce brusque éclat de colère venait au fait qu'il voulait attacher son cheval quelque part pour le retrouver pas la suite. Il n'était pas tranquille.

-Ah ! Ces soldats ! En plus pour dépenser leurs argents qui leurs démangent les jambes, ils vont les dépenser dans les maisons closes ou dans les Bier ! Tsss…

Les mains sur les hanches, il essaya de se calmer un peu, il se trouvait chez Autriche et tout le monde savait qu’il fallait se tenir correctement chez lui. Saxe enleva alors son casque. Le général se proposa d’aller faire un tour dans le camp pour trouver Autriche ou le Roi de Saxe. Reinhard ne dit rien, c’était son accord. Puis tout devient lourd et silencieux dans cette tente. Le « jeune » homme n’avait pas vu qu’une autre pièce cachée par un rideau noir s’y trouvait. Il se mordit les lèvres: si IL se trouvait derrière, il allait se faire passer un sacré savon parce qu'il avait encore des sautes d'humeurs qu'il devait contrôler. Le Saxon osa alors un timide :

-Autriche ?

Alors ça, il ne l’avait pas prévu le coup de la pièce dérobée. Il imagina les différents scénarios qui pouvaient lui arriver : se prendre une claque ; un coup de morceau de violon mal joué ; des remarques vives et acerbes ; quoi d’autre encore… il réfléchit, c’est alors qu’il pensa que sa remontrance préférée était lorsque Autriche jouait du piano pour exprimer une profonde tristesse ou colère.
Reinhard fit quelques- pas sous la tente, prenait son mal en patience…

Revenir en haut Aller en bas
 

[Juin 1866 - 3 juillet 1866] Les derniers instants d'une alliance et d'une liberté [PV Autriche]]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Hetalia RPG } :: Le monde : Ce grand plateau de jeu :: @ Europe :: @ Europe de l'Ouest-