Partagez | 
 

 [Vers le Ier siècle] Sacrifice d'un cygne impur | Germania

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Invité

Invité



MessageSujet: [Vers le Ier siècle] Sacrifice d'un cygne impur | Germania   Sam 4 Fév - 12:01

Oh Death won't you spare me over til another year. But what is this, that I can’t see with ice cold hands taking hold of me. When God is gone and the Devil takes hold, who will have mercy on your soul. No wealth, no ruin, no silver, no gold, nothing satisfies me but your soul. Well I am Death, none can excel, I'll open the door to heaven or hell.
On l’appelait la “fille d’Yde”. C’est du moins ce que les Hommes de notre époque avaient trouvé pour la nommer. Allez savoir pourquoi. Car ce n’était pas d’Yde qu’elle venait. C’était de loin. Plus loin que n’importe quel Homme du XIXème siècle ne pouvait l’imaginer. Peu importe comment la terre avait été remuée depuis le siècle où elle fut déposée là, peu importe les intempéries qui avaient pu altérer son corps, elle avait résisté. Et elle était là, sous ses yeux, reposant dans un cercueil de verre, à l’image de la sépulture que l’on pouvait réserver à l’époque à des gens de son rang, voire même plus somptueux.

Maarten était venu à Assen, au Drents Museum, spécialement pour la voir. On aurait pu croire qu’il avait un jour aimé cette fille et que, dans son âme millénaire, il avait éprouvé le besoin de lui rendre hommage une dernière fois. Cependant, ce n’était pas le motif de sa venue. Et de toute façon, une nation n’aime pas. Pourquoi s’entêter à risquer de perdre la raison par le chagrin lorsqu’on sait pertinemment qu’un humain est imparfait, fragile et surtout, mortel. Ca, Maarten l’avait bien compris. Depuis longtemps.

Mains dans les poches de son blouson, il parcourait des yeux le corps noirci de la momie tandis qu’il écoutait d’une oreille les explications qu’un guide donnait en allemand à quelques touristes venus en curieux. Puis il reporta son regard sur la reconstitution faciale qu’on fit de la fille. Les scientifiques avaient surement réussi à l’embellir plus qu’elle ne l’était, mais le néerlandais ne pouvait dire si cela était vrai ou pas. Il ne se souvenait que par brides des traits de son visage, cela remontait à beaucoup trop loin et il était trop jeune à cette époque.

Beaucoup trop jeune pour comprendre ce qui s’était réellement passé le jour de sa mort.

Son véritable nom était Svanje. Cela voulait dire « cygne ». Ses parents avaient apparemment choisi ce prénom pour influencer le devenir de leur fille : aussi belle qu’un cygne. Ce qui n’était pas vraiment le cas. Le jeune néerlandais connaissait Svanje depuis sa naissance. C’était une fille de la haute société – si on pouvait dire que la société germanique était hiérarchisée à ce point. Elle n’était pas le genre de fille qui attirait les hommes et, à seize ans, bien qu’en âge de se marier à un être humain, on choisit de la lier à jamais à une divinité. Un honneur pour ainsi dire. Même si cela coûtait la vie.

Pour la première fois de sa jeune existence, le néerlandais était autorisé à assister à la cérémonie. Germania, son père, était de ceux qui jugeaient de l’âge auquel ses enfants pouvaient voir ce genre de chose. Au début, Maarten n’avait pas compris. Pour lui, la cérémonie en l’honneur de Hel, le dieu de la Mort, étaient comme celles qu’il avait déjà vu auparavant : sacrifice de moutons ou de chèvres dans un champ auquel on vouerait la récolte au dieu qui incombe. Aussi, se demandant ce qu’on allait bien faire avec la fille qui boitait, il suivit la petite troupe de femmes qui s’engouffra dans une tente du campement et poussa le pan de toile pour observer ce qu’on y faisait.

On habilla Svanje aussi magnifiquement que l’on pouvait à l’époque, du moins en comparaison avec les vêtements simples de l’enfant tâchés de la boue des marécages environnants. Pour le néerlandais, cela semblait être un mariage. Des bracelets de bronze, quelques bijoux, des fleurs dans les cheveux. Tout pouvait lui porter à croire que c’était un jour heureux. On rendait hommage à un dieu tout de même. Il ne pouvait voir le visage de la blonde, elle lui tournait le dos, assise sur un tabouret précaire. Il entra dans la tente, curieux.

Svanje, tu te maries ? lança-t-il sans que personne ne le remarque aux premiers abords.

Les femmes sursautèrent. Elles ne l’avaient pas vu entrer. La jeune femme se retourna, le visage neutre, l’observa un instant. Et se retourna à nouveau, répondant un petit « Ja ». Il s’approcha. Le visage qu’elle lui avait montré n’était pas celui qu’il avait l’habitude de voir. Malgré ses malformations du dos et ses boitements, Svanje était toujours souriante. Et le jeune néerlandais pouvait très bien sentir quelque chose n’allait pas dans cet attitude. Il la contourna et se posta devant elle, une petite moue sur les lèvres, les sourcils froncés. Il n’aimait pas qu’on lui fasse des cachoteries. Autour de lui, les femmes discutaient à savoir si elles devaient le faire sortir de force de la tente ou non. Maarten regarda la fille dans les yeux, silencieux. Pour lui, le mariage était un jour où on abattait des cochons pour le grand banquet et où tout le monde riait. Mais alors pourquoi faisait-elle la tête ?

Pourquoi t’es triste alors ?

Elle sursauta. Puis sourit. Elle lui caressa les cheveux tout en lui répondant qu’elle n’était pas triste et qu’il ferait mieux d’aller voir Hermann s’il ne voulait pas se faire gronder pour être venu ici.
Il l’observa un instant. Pas convaincu par son mensonge mais s’exécuta. Il sortit de la tente et courut vers son père. Il leva les yeux vers lui, tirant sur sa tunique, un peu vexé que Svanje lui ait menti.

Pappje. Avec qui Svanje elle va se marier, dis ? Elle ne veut pas me dire et elle est triste. Tu crois que c’est parce qu’elle ne l’aime pas son mari ? Hein ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Hermann/Germania

Lapin Crétin. Plus lapin que crétin. Quoique.


Balance
Messages : 995
Age : 30
Localisation : Loin. Très loin.

Citation : ...
Double Comptes : Elizaveta / Hongrie

RPs en Cours : • La guerre en couleurs [Sterenn]

• Se souvenir des jours passés [Yao]

Le loup mange celui qui se fait brebis [Sophia]

Quand un sentiment est inexprimable [Sunhilde]

Une leçon de vie aux temps jadis [Gilbert]

Deux jeunes cons pour un bout de gazon et quelques poulettes [Ruanaidh]


Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Vers le Ier siècle] Sacrifice d'un cygne impur | Germania   Ven 20 Avr - 13:52

Tout le monde s'affairait et le grand blond n'était pas le dernier à mettre la main à la pâte, même si son statut le mettait bien au-dessus de tous les autres humains, fussent-ils chefs ou rois. Il restait un pion des Dieux et c'est aussi pour cela qu'il mettait autant de cœur à préparer cette cérémonie en l'honneur de Hel, dieu coq maître des Enfers et du Royaume des Morts le Helheim. Parfois, cette divinité complexe étaient représentée sous les traits d'une femme et on l'appelait Dame Holle.


Il allaient donner à cette divinité une compagne, la jeune Svanje. Une fille de plus noble rang, qui en dépit de son infirmité avait déjà été courtisée par de nombreux prétendants en raison de son statut. Elle allait avoir le plus prestigieux des époux, cette jeune fille blonde au front grave et aux grands yeux bleus. Nombre de jeunes femmes auraient donné leur vie pour avoir tel honneur mais l'honneur revenait à Svanje qui, en épousant le Dieu, allait offrir sa vie en sacrifice.


Et pour ce sacrifice, tout devait être parfait. Le char devait être recouvert de fleurs que femmes et enfants ont été cueillir dans toute la contrée. Les bœufs avaient été sélectionnés pour l'attelage de la future épouse pour leur blancheur immaculée et entre leurs cornes teintes en noir, on avait entrelacé des feuilles et des fleurs, qui mettaient les bêtes aussi à la fête. Les sœurs de la future mariée étaient en train de la préparer, de lui faire vêtir ses plus beaux atours, lui mettre les plus beaux bijoux et la préparer pour toute la cérémonie qui ne tarderait par à commencer au son des battements des boucliers et des choeurs graves des hommes.


La nation était en train d'atteler les bœufs au somptueux char fleuri quand le bas de sa tunique fut tirée par son gamin réclamant un peu d'attention :

▬ Pappje. Avec qui Svanje elle va se marier, dis ? Elle ne veut pas me dire et elle est triste. Tu crois que c’est parce qu’elle ne l’aime pas son mari ? Hein ?


Le grand blond prit le temps de vérifier le lourd collier de cuir qu'il venait de fixer autour de l'épais cou de l'animal avant de répondre à son garçonnet qu'il jugeait assez grand dorénavant pour voir le sacrifice et en comprendre la signification.


- Pour une jeune épouse, c'est toujours difficile de quitter sa famille pour aller vivre avec son mari.


Il ne voulait pas tout lui dire tout de suite. Il voulait que l'enfant voie les coutumes des humains et les souhaits des Dieux de ses propres yeux. Il voulait que l'enfant éprouve aussi de la crainte devant Hel. Wodan lui-même craignait la divinité, lui accordant les morts de toute personne qui ne mourrait pas au combat pour en faire ses serviteurs éternels. L'adulte voulait en laissant la future nation voir et comprendre par elle-même que tout le monde n'était que des pions dans les doigts des divinités qui avaient le droit de vie et de mort sur tous, humains comme nations. Et que le funeste honneur que recevrait Svanje en épousant Hel, le fait qu'elle sera citée avec les précédentes épouses dans les prières adressées au dieu par les servants de son culte, est le plus grand des honneurs et la plus noble des morts qu'une femme peut recevoir. Celle d'un homme, c'était mourir une arme à la main.


- Allez, file de débarbouiller. Ca va commencer.

Svanje venait de sortir de la maisonnette où elle était tenue à l'abri des regards afin que sa mère, ses sœurs, ses cousines lui fassent revêtir ses atours de mariée. Elle portait une magnifique robe colorée, un long voile recouvrait ses longs cheveux blonds, une fine écharpe de lin enserrait son cou et elle portait une sorte de lourd ciboire en or entre ses mains.


La cérémonie en l'honneur de Hel pouvait débuter.
Revenir en haut Aller en bas
 

[Vers le Ier siècle] Sacrifice d'un cygne impur | Germania

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Hetalia RPG } :: Mémoire Collective :: @ Corbeille :: @ Rps abandonnés-