Partagez | 
 

 Uchronie onirique - Groupe 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Lovino Vargas / Italie S

Chef suprême de la ligue anti-Wurst


Scorpion
Messages : 442
Localisation : Cherche toujours!

Citation : Bordel de merde!
RPs en Cours : -Avec Hellas: [Rome; 1er siècle après J.C] Mater tris et filius

- Avec Turquie [Novembre 1911, Tripoli Libye] Reprendre pour César ce qui est à César


Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Uchronie onirique - Groupe 4   Dim 5 Aoû - 20:51

Lovino n'avait jamais été friand des machines modernes. En fait, il les fuyait comme la peste parce qu'elles étaient, selon lui, à l'origine du malheur de tous les hommes. Pourtant, la première fois qu'on lui avait parlé de cet engin capable de faire revivre le passé en l'imaginant selon ses propres désirs, il n'en parut pas pour autant dégoûté ou méfiant. On pourrait même dire qu'il en fut fasciné. Fasciné par la possibilité de vivre des choses qui n'auraient jamais eu lieu d'être. Alors qu'il s'installait dans les fauteuils peu confortables de cet engin du diable, il réfléchissait déjà au thème de son futur rêve.

Il avait mille et une choses à imaginer dans le passé pour une meilleure condition, que ce soit la sienne ou celle des autres pays et pourtant, c'est une idée bien malsaine qui lui traversa l'esprit.

Lovino voulait chasser rapidement l'alternative qui s'offrait à lui, sachant qu'elle ne ferait le bien de personne, surtout pas le sien. Mais il ne pouvait s'empêcher d'imaginer cet autre monde dans lequel lui, l'Italie du Sud, il serait roi. Mais pas n'importe quel roi: le roi du monde! Mais à quel prix? C'est ce qu'il ne va pas tarder à découvrir tandis que ses paupières se fermaient lentement, lui laissant à peine le temps de voir ses compagnons de voyage. Pas vraiment des gens qu'il eut plaisir à fréquenter: Corse, le petit protégé de Veneciano qui appartenait maintenant à France et Biélorussie, la seule fille qui n'ait jamais réussi à lui flanquer la frousse de sa vie.

C'est ainsi que le trio de choc se retrouva propulsé dans un univers qui n'allait sans doute pas les surprendre, vu leur propre situation, et comme dans tout rêve qui se respecte, Lovino se réveilla en plein milieu de l'action.

Le fauteuil sur lequel il reposait était maintenant un magnifique canapé de luxe tout en cuir noir, un verre de vin haut de gamme en main, et une jolie fille en robe noire et à la poitrine voluptueuse reposant sur ses jambes pour compléter la panoplie parfaite du bling-bling. Le romain prit le temps d'identifier la pièce pour se rendre compte qu'il était sûrement dans une cave ou une arrière-boutique aménagée - semble-t-il - spécialement pour lui avec des hommes habillés tout en noir qui l'entouraient et des caisses pleines à craquer de marchandises plus ou moins légales.

Plus aucun doute n'était permis maintenant: Ils étaient tous dans le monde parallèle imaginé par Lovino dans lequel la mafia était toute puissante

Il repoussa la demoiselle après lui avoir claqué les fesses et se leva pour constater seulement à ce moment-là qu'il était vêtu plus chiquement que son frère ne l'a jamais été. En particulier dans ce monde-ci dans lequel, ironiquement, lui représentait le pouvoir et l'argent des politiciens véreux et Veneciano était le peuple et la rébellion qui luttait pour une justice économique et sociale. Désormais, il n'y avait plus d'unification qui tenait, depuis que Cosa Nostra régnait en maître sur tout le pays et imposait sa tyrannie sur tous les habitants, qu'ils soient pauvres ou riches.

Avec satisfaction, il décida de sortir un peu histoire de voir à quoi reconnaissait sa ville maintenant qu'elle était plus riche de Las Vegas (qui était quand même un de ces points de chute préféré en Amérique).

C'est avec surprise qu'il découvrit une Rome méconnaissable.

Les boutiques de fruits et légumes ne ressemblaient plus à rien, les murs d'école étaient criblées de trous et les belles et majestueuses églises de jadis étaient maintenant des refuges à mendiant. Avec une certaine amertume, il jaugea de l'état des lieux, complètement délabrés car aucun service public ne s'en occupait. Il fit le tour pendant une heure en compagnie de trois gorilles qui assuraient sa protection. Et ils faisaient bien, Romano se fit tirer dessus à deux reprises par des Vénitiens assez pauvres qui semblaient bien décidés à avoir sa peau.

Cette fois, c'était sûr: Veneciano le détestait pour ce qu'il avait fait à l'Italie

Alors qu'il retournait dans sa planque, Lovino commençait à regretter d'avoir fait ce rêve aussi fou. Si c'était comme ça dans Rome, la ville la plus riche de l'Italie qui était actuellement la seconde puissance mondiale, il ne voulait pas savoir ce que cela faisait chez les voisins ou pire, dans les pays pauvres. Ce n'est que maintenant qu'il pensa aux deux personnes qui l'avaient accompagnés et commença à craindre pour sa vie parce qu'il se doutait qu'il ne devait pas avoir que son frère qui devait le haïr.

Pour le peu qu'il en savait, dans ce monde-ci, Biélorussie était tiraillée entre la mafia russe et la mafia italienne et avait été obligée de céder une bonne partie de ses locaux et d'assurer à ses familles une tranquillité judiciaire en échange de quoi Romano continuerait ses exportations agricoles et minières. Quand à Corse, il avait subi de plein fouet l'influence de l'Italie et le terrorisme indépendantiste ne cessait d'augmenter en même temps que la corruption chez lui. Les deux étaient victimes de guerre de gangs chez eux et ne devaient vraiment pas le porter dans leur coeur.

Une boule au ventre, Lovino exigea qu'on renforce sa sécurité de deux ou trois hommes, au cas où l'un d'eux débarquerait et ne rende ce rêve encore plus désagréable qu'il ne l'était déjà.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Uchronie onirique - Groupe 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Hetalia RPG } :: Uchronies : Où l'Histoire change :: @ De l'autre côté du miroir-