Partagez | 
 

 [Antiquité très antique] Premier cas de contrefaçon chinoise [Yao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Iset / Kemet




MessageSujet: [Antiquité très antique] Premier cas de contrefaçon chinoise [Yao]   Mer 7 Juil - 22:41

[Très très longtemps avant Jésus Christ]

Il était une fois, une civilisation qui avait choisi de se construire et de s’épanouir. Iset se savait de plus en plus forte et s’en gorgeait admirablement. L’orgueil d’une femme est la pire des choses, alors que dire d’une femme pays ? Bien sûr elle avait parfois du mal avec ses deux régions, mais qu’importe ? L’Egyptienne était riche, belle –selon elle- et puissante. Voilà tout ce qui comptait.
Qui plus est, en plus d’amasser du blé dans les greniers et de l’or dans les poches, le pays avait désormais l’une des cultures les plus grandes du monde antique.
Certes, à ses débuts Iset avait laissé ses aînés l’aider un peu au niveau des inspirations. Ainsi, le couteau de Gebel Arak fut réalisé avec l’aide de tribus mésopotamiennes.
Il n’empêche, la palette de Narmer elle ne se la devait qu’à elle, et elle seule. Dans cette œuvre de jeunesse se trouvait bien des piliers de la symbolique égyptienne. Elle en était fière, si fière !

A présent, Iset avait mûri. Elle n’était plus qu’une simple préado essayant de montrer qu’elle valait bien plus que tous ces autres pays et tribus arriérés tout autour d’elle, non. Elle était une presque femme, oui c’es ça une presque femme, ayant assit son art, sa culture et son histoire, et se montrant capable de survivre à bien des jeux de pouvoirs. Certes il y avait eu quelques troubles, mais quel pays s’en trouvait donc préservé ? Il fallait rester logique : la paix universelle était une histoire pour enfants. Les guerres étaient nécessaires à la vie et à l’expansion.

Aujourd’hui, il n’était point question de guerre, non. L’Egyptienne ne savait même pas pourquoi elle était là, un coup de tête, une envie. Elle recevait souvent des marchands, chez elle, et se délectait de leurs histoires de pays lointains.
Iset ne connaissait que Hellas, Phénicie et ses sœurs, comme pays éloignés. Alors entendre parler de nations inconnues l’éblouissait. Un jour, un vieil homme aux yeux étranges –elle s’était même demandeé s’il n’était pas aveugle- avait regardé une statue, pensif. Apparemment, il semblerait que l’on fasse la même chose dans son pays : mêler dessin et écriture de cette manière.
Sur le coup, Iset fronça les sourcils à tel point que, si une photo avait été prise en cet instant, dans plusieurs siècles un sieur Kirkland se serait exclamé « Mommyyyy » ! » -et non pas « mummyyyyy », merci-. Elle s’était toujours cru la pionnière de ce genre, la grosse surdouée de la symbolique avec ses hiéroglyphes et ses hommes bâtons et… non.

L’eau de la rizière tâchait sa robe de boue. La Chine. Qu’est-ce qu’elle foutait ici ? Kemet avait pris un bateau de longues semaines, elle voulait observer de ses propres yeux cet « art » qui dit-on, ressemblait au sien.
La jeune femme avait pensé être d’abord jalouse du nigaud qui osait la copier –parce qu’elle était la première à avoir eu l’idée, na !- mais finalement, la perspective d’avoir qelqu’un avec qui parler d’égal en égal de tout cela, pouvait la réjouir.
Hellas, elle était pas encore tout à ait fini fini… donc bonjour l’épanouissement culturel en lui causant hein !
Peut être qu’ici, cela allait changer ?

- Hé hoooooooooooooooo !


Ouais enfin, s’il y avait quelqu’un

- S’il vous plaiiiit ? Normalement je mords pas ! Bon allez, j’en ai marre de crapauter dans la boue là, et puis j’ai faim : J’suis juste venue parler moi hein…


Dans la langue égyptienne, parler est synonyme de « critiquer sournoisement », tout le monde sait cela.
Ca y est, ses dernières graines de patience s’envolaient en fumées par ses oreilles. Mesdames et messieurs, la première cocotte minute, regardez !

- Ho et puis je m’en fiche, t’es qu’un sale copieur d’abord ! Sache que je suis Kemet la grande et que je daigne t’honorer de ma présence, c’est pas rien. Mais t’es qu’un vile cancrelat qui pille la quintessence de mon art en foutant toi aussi des scribouillis sur chaque dessin, je te haiiiis, apprends ma colère !


Non, rien… Toujours personne pou l’accueillir. Alors Iset se laissa vraiment aller à la colère

- TU PUES LE CHINOIS, TU M’ENTENDS ?! TU PUUUUUUUUUUUUUES !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Wang Yao / Chine



Poissons
Messages : 1252
Age : 28
RPs en Cours : ¤Pas un rayon de soleil n'éclaire le ciel*Japon (fini)
¤Chercher asile chez l'ennemi*Kazakhstan (fini)

¤Se souvenir des jours passés*Germanie
¤Premier cas de contrefaçon chinoise*Iset

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Antiquité très antique] Premier cas de contrefaçon chinoise [Yao]   Lun 26 Juil - 18:14



    Il était une fois, il y a fort, fort, fort, fort, fort longtemps dans un pays lointain une jeune nation qui s’éveillait au monde.



    Oui, il y a longtemps Yao avait été très jeune. Non contrairement à ce que semblait croire les autres nations, il y eut une période où il avait été de moins d’un millénaire. C’était arrivé il y a bien longtemps peut-être mais le temps était tout à fait relatif, n’est-ce pas ?

    Cela étant dit, revenons-en à nos moutons préhistoriques…hum antiques. A l’époque, Yao était jeune, du moins un peu plus qu’à présent, et semblait d’apparence encore plus jeune que quelques millénaires plus tard. Il se sentait parfois un peu seul mais s’occupait de plein de manières différentes. Par exemple, en ce moment, il dessinait, beaucoup, beaucoup mais ça avait son utilité et d’une certaine manière il finissait par se faire comprendre à travers ses dessins, à faire passer ce qu’il voulait dire.

    Pour le moment, il utilisait ce qu’il trouvait, des os, du bambou mais sans aucun doute qu’il trouverait par la suite un matériau un peu plus intéressant pour pouvoir dessiner plus. Mais une tâche à la fois.

    Quoiqu’il en soit, ça ne venait pas en un jour mais petit à petit et on pouvait dire qu’il était très fier de sa nouvelle création. Vraiment, il était le plus doué ici bas à n’en pas douter.

    Il avait bien vu que ce qu’on pouvait faire à l’étranger. Il avait donc bien vu que d’autres semblaient avoir eu plus ou moins la même idée que lui mais vraiment, il était bien persuadé que son art, oui, oui, c’était de l’art, était pour le moment le plus aboutit, le plus agréable, le mieux du mieux en résumé.

    Il en était à observer une de ses œuvres, n’ayant pas peur des mots, quand il avait finit par entendre quelqu’un s’époumoner. Yao s’était dit, de manière très mature, qu’il allait ignorer pour le moment et finalement finit par se résigner alors que la source du bruit semblait s’impatienter alors qu’elle montait dans les octaves. Dans peu de temps, tout le royaume saurait qu’il avait un visiteur et peut-être même de l’autre côté de la planète s’il n’agissait pas dans la seconde même.

    Il alla donc jusqu’aux rizières puisque le bruit semblait venir de là et c’est après une ou deux minutes qu’il vit apparaître une silhouette qui pour le moment ne lui disait rien. (Non parce que sérieusement, les étrangers, ils se ressemblaient tous.) Il l’avait sans doute rencontrer il y a fort longtemps durant ses pérégrinations autour du monde mais là, tout de suite, c’était le brouillard le plus total.

    Il s’arrêta à quelques mètres de la jeune femme en face de lui, parce qu’apparemment, c’était effectivement une femme et ses yeux se plissèrent en deux petites fentes alors que celle-ci semblait douter de son hygiène corporel.

    Non, ça commençait très mal.

    « Tu es qui, toi ? »

    Parce que vraiment…vraiment, il ne voyait pas pourquoi cette fille venait de faire un voyage d’il ne savait où (mais puisque ce n’était pas la Chine, c’était sans doute un coin paumé) juste pour venir l’insulter en lui jurant qu’il avait copié… Surtout quand c’était un mensonge aussi énooooooorme. Ah ces sales jaloux ! qu’il pensait à ce moment-même tout en ne se rapprochant pas au cas où elle serait dangereuse.

    « Je n’ai copié personne vu que c’est moi qui ait inventé ça ! » répliqua-t-il « Si mon art te dérange, tu peux partir ! »

    Il était prêt à lui jeter des grains de riz à la figure s’il le fallait.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Iset / Kemet




MessageSujet: Re: [Antiquité très antique] Premier cas de contrefaçon chinoise [Yao]   Lun 2 Aoû - 9:49

- Alors déjà le cancrelat, non je ne suis pas « Qui » !

Aaaaah, l'Egyptienne et ses problèmes de langue, une des raisons au fait que finalement, non, jamais elle ne vous manquera.
Iset prit le temps de regarder cet espèce de lutin des rizières. Ouais...petit quoi. Et puis toujours ces espèces de yeux bizarres... Coment il faisait pour voir, hein? Peut être qu'il pouvait pas, peut être que c'était juste un espèce de grand mystique qui ne pouvait percevoir que des auras... la classe !

-J'suis Kemet, t'envoie parfois de tes marchands à la noix chez moi... t'sais, l'pays avec le triangle -oui parque que moi,je connais déjà la géométrie, na !-


Une fois cette explication faite, elle croisa les bras. Pays être trèèèèès colère, Yao devoir se faire tout petit. Ou pas. L'impudent osait clamer qu'il était innocent. Tsss, quelle bêtise ! La grande Dévoreuse le becterait tout cru celui là ! Ou bien avec une saice aigre douce, oui ça pouvait être pas mal ça.

-T'as rien inventé si ce n'est ta propre bêtise, regarde !

Brandissant un papyrus sous le enz de l'asiatique, Iset prouva ses dires. Art et écriture étaient mêlés sur les fibres végétales, comme sur la pierre de es tombeaux là, dans le sud lointain par rapport à ce pays. D'ailleurs, Iset trouvait son écriture bien plus belle que celle de Yao.

-Euh... au fait..... nan parce que j'crois pas que ça m'ait encore tilté: t'es une fille ou un garçon?


Si c'était une fille, cool. Ca voulait dire qu'il existait encore plus planche à pain qu'elle ! Et rien que pour ça, Iset aurait pu lui pardonner et la transformer en sa meilleure amie, rien que pour bien briller à côté de ce laideron sans le moindre relief.
Si c'était un garçon bah.... bah il avait plusieurs tares congénitales alors, la vache !

-En tout cas je t'ai à l'oeil ! Si jamais j'apprends que t'as fait des momies, ça ira très très mal pour toi. Du genre qu'un jour tu vas te réveiller avec pleins de bandes de cire chaudes sur le corps !


Un temps

-Ah ouais... sauf qu'en fait t'as pas de poils. Bon, laisse moi réfléchir.
..

Au pire lle pourrait toujours glisser un aspic dans son lit, quelque chose qui ait du mordant tiens. Ou bien des scarabése, oui des bons gros bousiers entre ses couvertures ! Lorsqu'il y serait, évidement.
Pour info, Iset commettra bien un méfait de ce genre quelques années plus tard sur la personne de Wang Yao, non pas avec serpents et insectes mais plutôt avec un chacal bien puant. L'effet ne fut pas concluant car, lorsque fière d'elle, elle alla se coucher, le vil chinois jaune et bridé s'était vengé : un panda carnivore manqua de lui bouffer les orteils, bien caché sous les draps. Mais ceci est une autre histoire...pas encore arrivé, d'ailleurs !

-Enfin bref...pas content, pas content, pas content !


Voilà qui résumait admirablement bien la situation, à défaut de la faire avancer. Si les psychologues et autres psychothérapeutes n'existaient pas dans l'Antiquité, c'est par instinct de survie. Les nations étant encore toutes des cas sociaux, au bout de deux séances ils iraient directement se jeter du haut d'une falaise escarpée avec des crocodiles affamés pour les attendre en bas. Aaaah les psys, une espèce fascinante !

-…..au fait, lâche ce riz !


Iset n'était pas venu sans munitions elle même : un sac entier d'oignons crus. L'Egyptienne était même prête à comettre un attentat suicide en en mangeant une dizaine avant de rouler une pelle baveuse à Chine, si jamais les choses devaient en arriver là.
Cette guerre serait sanglante et impitoyable, aux armes camarades !

-… Cette rizière est trop petite pour nous deux, gringo...


Face à Yao, les jambes légèrement écartées, les yeux plissés et les bras au niveauu de poches imaginaires, prêts à se saisir d'on ne sait quoi, Iset était prête au combat. Une boule de feuille de riz – à défaut de poussière- roula entre eux au gré du vent alors qu'un inconnu jouait un air d'harmonica lancinant, même si cet instrument n'était pas encore inventé. Il y a des fous dans la vie, il y a des fous !
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Wang Yao / Chine



Poissons
Messages : 1252
Age : 28
RPs en Cours : ¤Pas un rayon de soleil n'éclaire le ciel*Japon (fini)
¤Chercher asile chez l'ennemi*Kazakhstan (fini)

¤Se souvenir des jours passés*Germanie
¤Premier cas de contrefaçon chinoise*Iset

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Antiquité très antique] Premier cas de contrefaçon chinoise [Yao]   Lun 9 Aoû - 20:24



    Yao haussa un sourcil sans comprendre ce que racontait Iset. Et comme il lui semblait qu’elle racontait plein de truc sans queue ni tête, il hésita quelques temps à hocher la tête régulièrement sans l’écouter pour autant. Il lui arrivait assez souvent de faire ça avec son peuple quand ils commençaient à discourir sur des sujets bien trop compliqués, soporifiques, ennuyeux, ce que vous voulez qui soit désagréable. Soit ils ne s’en rendaient pas compte, soit ils étaient trop intimidés pour lui faire la remarque. Cela dit, si son peuple le laissait faire, il avait plutôt l'impression que la jeune femme était plutôt du genre à ne pas apprécier.

    « Ke-me-tu ? » oui tout de suite, avec son accent chinois, ce n’était pas très élégant « Si tu crois que je me rappelle tous les trous paumés où j'envois des marchands… »

    Oh, si Iset n’était pas en colère, elle risquait de l’être à présent mais on ne pouvait pas dire que Yao ne l’avait pas fait exprès…Il n’aimait pas qu’on l’appelle cancrelat…ou toute espèce mesurant moins d'1 m 60 parce que NON, il n’était pas PETIT ! Et il ne voyait absolument pas d’où ça venait. Alors, oui, à l’ouest, on était grand comme des arbres mais franchement quel intérêt ? Lui, au moins, il était gracieux et avait la taille svelte…Et ça, ça n’a pas de prix. (Sauf durant les tempêtes ou même les mousson…quand il y a trop de vent, c’est plus difficile d’être gracieux.)

    Dans tous les cas, Yao captura le dit parchemin que lui tendait l’affreuse bonne femme et y jeta un regard plein de dédain.

    « Je ne vois AUCUNE ressemblance avec mon art alors. C’est que des gribouillis ! »

    S’il avait été un peu honnête, Yao aurait pu tout de même avouer qu’il y avait par moment quelques ressemblances sur certains points mais non, par pur orgueil, il ne voyait absolument pas ce qu’on lui reprochait.
    Il aurait pu rétorquer quelque chose mais il faillit s’étouffer à la place.

    En fait, il ne put s’empêcher de lui balancer le parchemin qu’elle venait de lui passer à la tronche. Ca avait faillit être le riz mais sa main gauche avait été la plus rapide. Il aurait eu les mains vides, ça aurait été une de ses tongs au pied donc finalement elle l’avait peut-être échappé belle.

    « Ça ne se voit pas espèce….espèce de bigleuse ? » (il avait la réplique heureuse, n'est-ce pas?)

    Franchement, elle se prenait pour qui ? Et puis, c’était quoi cette manie qu’avait les rustres de l’ouest de le prendre pour une femme à chaque fois qu’ils se rencontraient ? Il ne voyait pas en quoi le fait qu’il ne fasse pas trois mètres de haut, qu’il ne soit pas aussi poilu qu’un gorille des montagnes, qu’il soit plus à l’aise dans les domaines artistique (aussi artistique qu’on puisse quand on est jeune et friiiiingant) que dans l’art de la guerre, etc faisait de lui quelqu’un de…féminin. Non vraiment, ça lui échappait.

    « De quoi des momies ? »

    C’est au bout de quelques secondes qu’il tilta à ce que cela pourrait être et par pur contradiction rétorqua :

    « Beuh…je n’empaille pas les morts moi…c’est…bon pour » réflexion intense les bigleuses comme toi ! »

    Il jeta un coup d’œil à ses propres jambes avant de relever le regard vers Iset pour comparer.

    « T’es jalouse, hein ! Moi, mes jambes elles sont jolies ! »


    Oui, bon. A l’antiquité, Yao n’était pas encore très mature mais après tout c’était Iset qui était venue sur son territoire pour l’embêter et l’accuser à tort qu’il copiait alors il n’allait pas se gêner.

    « Et t’as pas à me donner d’ordre, t’es pas ma mère ! C’est mon riz ! Je le garde ! » Continua-t-il en fronçant les sourcils avant de pointer Iset du bras. « Si tu crois que je ne vois pas ton sac là ! »

    Même si le chinois ne savait pas ce que pouvait bien manigancer la terrifiante Égypte avec son sac d’oignon, il s’en méfiait tout autant. Franchement, qui allait faire confiance à une nana qui se fait dessiner le portrait seulement de profil? Et qui en plus de cela le défiait sur son propre territoire.

    Il fit un geste de la tête afin de ramener ses cheveux en arrière tel qu’on le ferait dans une pub l’Oréal qui ne sera créée que dans un futur plus ou moins proche, bomba le torse pour montrer la poitrine qu’il n’avait pas et preuve s’il en fallait une autre qu’il était un fier mâle. Un seul geste de l’égyptienne et son bras était prêt à lancer son arme plus que dangereuse : des grains de riz dans un sac. Oui, car comme tout chinois qui se respecte, Yao était un expert dans l’art d’assassiner quelqu’un en lui balançant un grain de riz dans les zones stratégiques…Non, vous ne voulez pas savoir !

    « Ces terres sont à moi ! Retourne faire tes cubes de sables ! »

    Cubes, Triangle, polygone et autres…c’était la même chose.

    N’était-ce pas l’insulte de trop ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Iset / Kemet




MessageSujet: Re: [Antiquité très antique] Premier cas de contrefaçon chinoise [Yao]   Sam 14 Aoû - 18:12

SPROUTCH

Ca, c'est le bruit d'un oignon dégoulinant de terre qui est extrait d'une besace égyptienne avec moult délicatesse et qui décide de finalement s'envoler de ses propres ailes... avant d'atterrir sur une face jaunâtre de chinois tout nul (et puant d'ailleurs).
Si les oignons égyptiens font des bruits d'oeufs pourris sur le crâne des gens, c'est parce qu'ils sont transgéniques (hé oui, déjà), n'ayez aucune inquiétude mesdames et messieurs.

– Pauvre fou... mes pyramides sont tellement triangulaires, pointues, parfaites et aérodynamiques que tu risques vite de t'en retrouver avec une dans l'endroit de ton corps où jamais le soleil n'a à se lever

Iset ne releva pas la remarque sur ses jambes, elle savait très bien que rien ne pouvait valoir la beauté de ses gambettes délicatement poilues (oui flemme de se raser). Heureusement qu'elle en restait aux robes longues...

Le sujet asiatique semblait vouloir se montrer violent et vulgaire devant une forme de vie supérieure. Intéressant...oui enfin si on s'intéressait aux moeurs des cafards. Iset n'était pas encore prête à faire un documentaire animalier sur les sentiments insectoïdes du Wang Yao ainsi que sur sa vie sexuelle. Les animaux, elle les préférait dans son assiette avec une bonne sauce bien grasse et du vin. Un jour peut être, elle se découvrirait des penchants d'amis des animaux mais...non, pas maintenant.

En attendant, si le jaune voulait lui balancer des grains de riz dans la tronche, Kemet le mordrait fort, très fort. Du genre à ce que le cri chinois, suraigu et douloureux puisse s'entendre jusque...jusque...ben jusqu'en Atlantide, hein ! Et qu'on balancerait des tomates pourries sur Yao pour le faire taire parce que sa voix est trop moche et qu'il pue.

Na.

– Et puis d'abord tes dessins sont nuls, les yeux de tes persos, c'est des chiures de mouche...Remarque, les tiens aussi en fait. C'est moche.... tu devrais mettre du khôl

Soudain, l'égyptienne battit des mains comme une gamine en sautillant sur place. Ca faisait plotch plotch plotch plotch dans l'eau de la rizière et c'était...bah en fait c'était rien, ni beau, ni moche. Juste une fille qui bondit comme un kangourou paralytique.

- Je sais, j'accepte qu'on fasse la paix... De toute manière tu feras pas le poids contre mes armées, moi j'ai des nubiens beaux, noirs =, grands, musclés et le corps enduit d'huile. Et pas toi

D'une main, Iset attrapa le bras de Yao. Non elle n'allait pas le frapper. Pas encore tout du moins. Ni lui hurler dans les oreilles... elle allait juste lui pourrir la vie copieux copieux.

– Pour sceller notre amitié, je vais te relooker entièrement ! Tu vas voir, ça va être super.... t'auras enfin plus l'air d'une datte desséchée oubliée en plein soleil. Trop hyper géga méga cool hein? Ca roxx trop du sphinx neurasthénique et de l'ibis trisomique !

Paf, sur les épaules chinoises les papattes égyptiennes. Et en plus, ça secouait fort.

– mal foutu(e?) comme t'es par contre, ça va pas être de la tarte hein...tu ressembles à rien et....

Iset avait faillit rajouter « Et tu pues! » mais en fait non. Après tout elle avait conclu un accord de paix (non homologué du côté chinois) avec le jeune. Et maintenant... c'était Yaoooo, c'était son amiiiiiiii ! On doit pas dire « tu pues », à un ami ! Oui bon quoique...sauf si on est en période de règles pour une femme...mais dans ce cas généralement, les insultes allaient beaucoup plus loin que ça apocalyptiquement parlant.

Lorsque l''Egyptienne se faisait de nouveaux amis, c'était pas par affinité, mais juste pour jouer à la poupée avec eux en fait...

Généralement, Kemet gardait très peu ses amis.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Wang Yao / Chine



Poissons
Messages : 1252
Age : 28
RPs en Cours : ¤Pas un rayon de soleil n'éclaire le ciel*Japon (fini)
¤Chercher asile chez l'ennemi*Kazakhstan (fini)

¤Se souvenir des jours passés*Germanie
¤Premier cas de contrefaçon chinoise*Iset

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Antiquité très antique] Premier cas de contrefaçon chinoise [Yao]   Mer 27 Oct - 10:04



    Yao n’eut pas le temps de voir le coup ou plutôt l’oignon qui lui atterrit en pleine tronche avant d’avoir pu épeler le mot riz. Il se frotta frénétiquement le front alors que le funeste aliment plein de boue tombait à ses pieds. Ah ! Mais quelle folle ! Ca faisait mal ! Et en plus, c’était sale ! Il continua à s’essuyer consciencieusement son front alors qu’une légère marque rouge commençait à apparaître. Voilà, maintenant on allait encore se moquer de lui.

    Et en plus d’être violente, elle était vulgaire à parler de son derrière. (Yao n’était pas trop du genre à abuser de la périphrase alors autant dire les choses clairement.) Et s’il n’avait pas été en train de gémir du coup porté à son pauvre front, il aurait sûrement fait une mine choquée de celui à qui on ne dit pas telle chose !

    « Espèce de folle ! Tu viens chez moi et tu ne trouves rien de mieux que de me harceler ! Folle furieuse ! Hystérique ! Mes dessins sont très bien et je n’en veux pas de ta colle ! Puis tu peux parler, t’es tellement nulle que tu ne sais dessiner que de profile ! La hoooonte ! »

    Il s’éloigna de deux pas prêt à s’enfuir pour aller récupérer quelque chose qui ferait plus mal…genre un feu d’artifice pourquoi pas. Ça ne servait pas d’engin de guerre mais ça ferait peut-être peur à la sauvageonne trop maquillée. Mais, il n’eut pas réellement le temps d’y penser plus puisque celle-ci s’avança soudainement pour lui attraper le bras.

    Yao se figea pendant deux secondes avant de tenter de s’échapper de son emprise jusqu’à ce qu’elle l’attrape par les épaules, de ses deux mains, le secouant comme un prunier et babillant à propos de …nubiens, il ne savait pas ce que c’était mais selon ce qu’elle racontait, ça devait être une arme de destruction massive. Mais dans quel monde vivait-on ?

    « Je …ne …veux…pas…de …ton…reloo-» Il ne finit pas sa phrase pour éviter de vomir sur l’égyptienne alors qu’elle continuait de le secouer fortement.

    Il finit par poser ses propres mains sur les épaules de sa tortionnaire pour lui faire stopper ses agissements et en profita pour reprendre son souffle. Allez, une fois, deux fois ! Voyons, ces sacrés bonne femmes aux allures de camionneuse qui oubliait qu’il était une pauvre chose fragile et délicate.

    « Je n’ai pas besoin de …tes conseils…surtout vu comment tu es …fagoté ! »

    Il s’esquiva des bras de l’égyptienne avant de reculer et de lui tourner le dos, les bras croisés.

    Non, parce qu’à force de lui dire qu’il était mal foutu, Yao l’avait mal prit. Le pauvre, c’était un être sensible et il avait bien vu qu’en comparaison des sauvages de l’Est, il était plus petit et moins…large. Ce n’était pas une raison pour l’embêter là-dessus. Et puis, il était jeune, il n’avait pas fini sa croissance alors pas besoin de lui rappeler.

    « Je te parle plus, t’es moche ! » répondit-il finement avant d’aller bouder plus loin, serrant son sac de riz contre lui. Puisqu’il n’y avait bien que ce dernier pour le comprendre.




Je m'excuse très très platement pour cet affreux oublis ;_;

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Iset / Kemet




MessageSujet: Re: [Antiquité très antique] Premier cas de contrefaçon chinoise [Yao]   Ven 24 Déc - 18:40

T’sais quoi le chinois ? Tu ressembles à une face de pet, une face de pet au citron !

Ainsi parla Iset. Ses profils étaient très beaux d’abord ! En plus, c’était genre trop dur de dessiner quelqu’un dans cette position, avec le menton, l’os maxillaire, la mâchoire, tout ça… Ouais, en fait ça demande lus de savoir faire de profil que de face. Mais Yao dessinait comme un pied alors il pouvait pas savoir.
Sa mère avait du le bercer trop près du mur…Ou bien alors elle s’était gourrée, avait jeté le bébé et élevé le placenta, ça pouvait expliquer toutes les bêtises que l’Asiatique pouvait sortir. Bah oui, il avait pas de cerveau, le bougre !
En attendant, il était parti bouder en serrant son sac de truc contre lui. Ouais, même sa bouffe était bizarre.
Est-ce que Yao savait au moins que c’était pas vivant, que ça allait pas lui répondre ? Non, il s’y accrochait comme si ce bidule pouvait lui apporter tout le réconfort dont il manquait.

Qu’il est con ce Yao…

Ah mais en fait…t’as pas d’amis, toi !

Iset claqua des doigts, heureuse d’avoir trouvé ça toute seule. Pauuuuuvre petit chinois, c’était pour ça qu’il copiait tout, ça lui donnait l’impression d’être une personne épanouie dans sa vie !

Tu veux que je te prêtes Sac à Main ? C’est un bon copain, attends… SAC A MAIIIIIIN

Mais qu’est-ce que c’est qui fait donc ainsi bruisser les rizières, est-ce un chameau paraplégique, un oiseau trisomique, une antilope unijambiste ? Non, ce modèle de grâce et de beauté c’est … SAC A MAIIIIIIIN !
Le croco grouika un petit peu et s’approcha de Yao. Ca avait une odeur bizarre ce truc, ça sentait le poulet aigre-doux (oui, Sac à Main est un crocodile gourmet et connaît la saveur de beaucoup de lats, même des étrangers). Il aimait bien le poulet aigre doux, ça veut dire qu’il pouvait manger ?
Non parce que quand Iset l’appelait, c’était soi pour lui foutre une rouste, soit pour lui donner sa pâtée, et là bah il avait pas encore été tapé.
Ni une ni deux, l’animal commença à se lécher les babines, regardant Yao avec amour et admiration.

Allait-il d’abord saler, ou bien poivrer ces petits mollets rachitiques ? A moins qu’il ne se fasse une petite sauce légère pour malgré tout rehausser le goût… Bah quoi, vous n’avez jamais vu un crocodile cuisiner ? Qu’est-ce que vous êtes nazes alors….

En attendant, Kemet s’était un peu éloigné, regardant tout autour d’elle. Elle aimait pas trop le paysage, en fait. De toute façon rien, absolument rien, ne pouvait remplacer le sable. Bah oui, le sable c’est la vie, tout le monde sait ça.
Sauf les nuls.
Donc vous êtes nuls, CQFD…

Ben j’ai certainement pas envie de passer mes prochaines vacances ici, moi…

C’est vrai que ça manquait de transat et de cocktails aux fruits. De Joyeux Organisateurs aussi tiens, mais au bout d’un moment c’est vrai qu’ils devenaient énervants. Bon, qu’est-ce qu’il y avait à faire par ici ?

Rien, évidemment…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Antiquité très antique] Premier cas de contrefaçon chinoise [Yao]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Antiquité très antique] Premier cas de contrefaçon chinoise [Yao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Hetalia RPG } :: Le monde : Ce grand plateau de jeu :: @ Asie :: @ Asie des Montagnes-