Partagez | 
 

 {Antiquité très antique} Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…[Iset]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Ludwig / Allemagne

Admin
L'amour et la haine sont des parents consanguins


Capricorne
Messages : 3308
Age : 27
Localisation : Dans le pays de Goethe

Citation : Save water. Drink beer.
Double Comptes : Roumanie

RPs en Cours : 1. L'Ouest et l'Est : opposition culturelle ? {Japon
3. Ah les crocrocro... {Kemet
3. Avoir peur d'un enfant {Alsace
4. Comme un homme { Prusse
5. [1997] Faire revivre les mythes | Hellas

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: {Antiquité très antique} Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…[Iset]   Lun 19 Juil - 21:18

    « Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…
    Sur les bords du Nil ils sont partis n’en parlons plus ! »


    Le petit enfant aux cheveux blonds, trop blonds dans ce pays de sable ocre, sifflotait la comptine du bout des lèvres. Ou plutôt, la babillait dans ce langage dont les règles obscures échappent aux adultes. La comptine devenait un amalgame de sons incompréhensibles, ponctués par le claquement des mains de l’enfant qui les frappait l’une contre l’autre dans une imitation d’applaudissement.

    Le chant (si on pouvait le nommer ainsi, vu les capacités artistiques du petit grandement atrophiées) avait le mérite d’éloigner les créatures qui pouvaient attaquer un si frêle enfant. Un tel organe, cela valait une place de choix dans le prochain Pyramides Academy. Y avait de quoi réveiller les momies les plus récalcitrantes de leur sommeil. Pas sûr que çà leur plaise, au passage, de stopper leur séance de thé avec Osiris pour retourner bronzer sous un soleil de plomb.

    Le soleil, voilà un bien grand défaut à ce pays. N’en déplaise à Iset. Sans cet astre brillant, Ludwig ne se serait pas vu abandonné à la lisière du Nil par son père, et ainsi laissé en compagnie du crocodile de compagnie de l’Egyptienne. Monsieur Germania ne supportait pas la chaleur : elle le faisait fondre, au sens propre. La dernière fois que le barbare imberbe avait rendu visite à son « amie » (ajoutez 36 guillemets), on l’avait retrouvé au fin fond du fleuve, à chercher un peu d’humidité.

    A cheval sur Sac à Main, le bambin se faisait donc mener chez cette demoiselle qu’il nommait « tata » comme le reste de sa fratrie. Hormis certaines mauvaises langues qui préféraient les sobriquets de « vieille folle » et « planche à pain ».

    Mais lui, il était sage. Il ne disait rien, écoutait les histoires terrifiantes d’Iset sans pleurer (ou presque), passait ses journées à jouer avec Hassan quand ils ne couraient pas après un chacal pour lui faire des câlins. De vraies monstres ces petits, je vous jure.

    - Grouik grouiiik !

    Ah, la terre ferme. Non pas que le petit avait le mal de mer, comme son paternel, mais le dos de croco n’est pas ce qu’il y a de plus confortable comme moyen de transport. Puis voir de l’eau, de l’eau, de l’eau, un nénuphar, de l’eau, de l’eau… çà donne faim. Tout corps mis à proximité d’un liquide verra son estomac se tordre sous l’effet d’un important besoin de glucides. Principe de Ludwig. Et un enfant, quand çà n’a pas sa part de glucides en temps voulu, çà peut très vite s’énerver.

    - Tataaaaaaaa !

    Là, si Iset ne l’entendait pas, elle était complètement sourde. Ou plongée jusqu’au crâne dans son bain moussant. Déjà boudeur, Ludwig descendit de Sac à main, qui en profita pour courir à la recherche de sa maîtresse. Légèrement –mais vraiment très légèrement- apeuré à l’idée qu’un scorpion vienne lui piquer le pied, Ludwig suivit son guide reptilien dans la demeure égyptienne.

    Que c’était… grand. Il allait s’y perdre à coup sûr, même s’il n’avait pas les soucis d’orientation de son frère Roderich. D’ailleurs cela faisait une semaine que le garçon était parti en forêt cueillir des fraises, il serait peut-être temps qu’on envoie quelqu’un le chercher.

    Et lui, le petit Ludwig, allait finir comme ce frère. Oublié de tous, perdu dans un lieu bien trop grand pour lui, et on ne retrouverait jamais son corps. Oui, il était fini, perdu, abandonné de son père, de Sac à Main, et de…

    - Tataaaa !

    La boule blonde se rua sur sa sauveuse, s’agrippant à sa jambe mieux qu’un boulet à un prisonnier. Il commençait bien le gardiennage du dernier rejeton de Germania.




_________________
« Ich bin eine Kartoffel ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://so-yuyu.livejournal.com/

avatar


Iset / Kemet




MessageSujet: Re: {Antiquité très antique} Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…[Iset]   Mar 20 Juil - 11:45

C'est l'Heure du Bain

Putain la loooooose ! Iset émergea de sa couche avec un mal de crâne assez….mal. Elle avait bu quoi déjà hier soir ? Au bout de trois amphores de vin et deux de bières, l’Egyptienne avait perdu le compte. Sans compter tous les mélanges et coktails. Pourquoi elle avait bu au fait ? Ah oui, pour fêter l’arriver d’un énooorme bouton de fièvre sur les lèvres d’Hellas. Et PAN dans les dents, morue !
Elle ricana…avant de gémir…une tisane d’écorce et vite ! Malédiction de dieux grecs ? Elle enverrait Seth leur casser la gueule plus tard alors !
Là, un bain ça serait pas du luxe. S’extirpant du délice de ses nuits (et oui, son fucking BED !) Iset gagna sa petite salle de bain intime (à peine 25 m² de marbre blanc) pour faire sa toilette. Chaque pas lui arrachait un grognement digne d’un Germania beurré (elle n’avait vu cet étrange fait qu’une fois : sous l’emprise de l’alcool, le blond avait décidé de courir après Rome et ses légionnaires. A poil. Hache à la main. En beuglant comme un lapinus cretinus. Suite à cela, elle avait juré de dire au barbare que les herbes de Delphes qu’elle lui avait offert, ça se buvait pas en tisane, ça se fumait… Rome avait mit beaucoup de temps à se remettre de cette mésaventure.).
Aaaah délice de l’eau (oui, le bain au lait d’ânesse, jamais en mâtiné sinon c’est mauvais pour le teint). Elle y resterait bien toute la journée dans sa baignoire, tiens. En plus elle avait des galères pour jouer et un canard en plasticum pour…herm…non, on ne dira rien de son utilité en fait.
Un émissaire de son pharaon du moment entra alors

- Sa majesté dit que vous avez des choses importantes à faire pour aujourd’hui
- Je les annule et je reste dans mon bain, na !


Son na était très célèbre dans les sables de Kemet. Quelques dynasties plus tard, Cléopâtre n’hésiterait pas à le copier, sauf que de cette grognasse on ne dira pas qu’elle était une boudeuse puérile mais une femme sexy avec du caractère. Pas juste…

- Bien, alors nous allons employer les grands moyens….. Amenez le lion d’Iset !
La jeune femme comprit alors que toute résistance était vaine mais, pour la forme, décida de ne pas capituler tout de suite. Un serviteur traînait la bête derrière lui, félin pouilleux n’ayant de lion que le nom.
Kemet s’enfonça dans l’eau, anticipant les évènements à venir. Aussitôt l’animal se mit à beugler les plus beaux airs d’opéra d’une voix de castrat. Trop, c’est trop, elle supportait pas ça.

- Ok vos avez gagné, VOUS AVEZ GAGNE ! je capitule, c’est bon… passez moi ma serviette….et faites taire ce lion… Il me pourrit tellement la vie que je devrais l’appeler Adriano, non ?- Votre pharaon vous l’a interdit, vôtre grâce, raison diplomatique…
- Gna gna gna…la diplomatie il peut se la carrer là où le soleil ne se lève jamais….c’est à dire…


Là, Iset gonfla ses –petits –poumons- de toute la force de ses petits…euh…petits quoi d’ailleurs ? Bref, elle gonfla ses poumons et…

- DAAAANS SOOON C….- TOREADOR, EN GARDE, TOREADOR, TOREADOR!
- MAIS QUE QUELQU’UN FASSE SE LA FERMER A CE PUTAIN DE LION !


Avec patience, le serviteur de pharaon se rappela qu’il n’avait plus que trois ans avant la retraite. Il devrait tenir jusque là, c’était faisable, oui on y croyait ! Le lion fut ramené dans sa cage et Iset fut habillée comme il se doit, même si c’était vraiment trop pas juste.
Ses tâches de la journée consistaient à faire du baby sitting. En échange d’une journée où elle devenait nounou d’un gosse germanique, Germania accordait à pharaon quelques uns de ses mercenaires.

Sac à Main était allé chercher le gosse, brave bête. En attendant elle avait la gueule de bois et elle voulait pas. Mais bon, on s’en fiche non ? Une voix stridente résonna dans le palais. Pour une fois c’était pas elle, elle appelait personne tata

- Oh mouise, le gosse !

Aussi sec, elle se précipita à l’entrée et….

- Bon alors Ludwig, je dois te l’expliquer combien de fois ? Tata c’est moi, là ! Nan mais regarde mon doigt, petit empaté ! Alors évite de me confondre avec un des gardes nubiens, comprendo ? Je suis pas black –enfin pas autant que ça- et je fais pas deux mètres de haut !

Le garde nubien détacha le gosse de ses jambes et le tendit à Iset. Une larme menaça de mouiller le coin de ses yeux, il était ému. L’espace de trois seconde, il avait été tata…

- Maintenant on va trouver ce qu’on va faire de toi, terreur…
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Ludwig / Allemagne

Admin
L'amour et la haine sont des parents consanguins


Capricorne
Messages : 3308
Age : 27
Localisation : Dans le pays de Goethe

Citation : Save water. Drink beer.
Double Comptes : Roumanie

RPs en Cours : 1. L'Ouest et l'Est : opposition culturelle ? {Japon
3. Ah les crocrocro... {Kemet
3. Avoir peur d'un enfant {Alsace
4. Comme un homme { Prusse
5. [1997] Faire revivre les mythes | Hellas

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: {Antiquité très antique} Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…[Iset]   Ven 23 Juil - 21:50

    Oh. Tata avait des jambes aussi fermes que celles de Papa (et tout aussi douces). Logique puisque la partie anatomique que tenait Ludwig – aussi fermement qu’une moule accrochée à son rocher – appartenait à un homme, et non à une femme. Pour la défense du petit, il fallait reconnaître qu’ils se ressemblaient tous avec leurs vêtements bizarres. Et mesurer haut comme deux pommes et demie ne vous aidait pas à avoir une vue élargie du monde.

    Un jour tu grandiras, fils.
    Mouais. C’était surtout l’argument typique pour le pousser à finir sa soupe. Malgré des siècles et des siècles d’absorption de ce liquide, il n’avait pas pris un centimètre. Comme quoi, les adultes sont tous des menteurs. Même les papas forts comme des ours.

    - Maintenant on va trouver ce qu’on va faire de toi, terreur…

    La terreur avait déjà entrepris de sucer consciencieusement son pouce. Il avait des doigts, fallait bien qu’ils servent à quelque chose. Tous ces regards adultes le mettaient mal à l’aise, mais interdiction de pleurer. Sinon Tata allait le menacer de l’enfermer dans une des pièces de son palais, remplie de scorpions. Iset avait ce genre d’arguments surtout quand elle était trèèès en colère. Ce qui arrivait tous les mois pendant au moins une semaine. Comme toute femme qui se respecte.

    - Où est Hassan ? Il va pas venir jouer ?

    Habituellement on voyait toujours l’Egyptien courir après un chat, ou s’enrouler dans des rouleaux de papyrus pour jouer à la momie. Son jeu favori, et celui que détestait le plus Ludwig. Qui, comme tout gosse aimé et choyé par son paternel, était devenu une véritable petite chochotte qui poussait des cris aigus devant la moindre petite araignée. Alors une momie… là c’était un concert de lamentations.

    Le petit menton se mit à trembloter, annonçant une crue plus prodigieuse que celle du Nil.

    - Il-il m’en veut que j’ai tiré la queue de Bastet, la dernière fois ?
    - Pauvre bête… souffla tout bas un Nubien.
    - Non c’est pas cette queue-là, le corrigea son collègue.
    - Je-je ne savais pas qu-qu’elle allait devenir une méchante lionne, et-et faire du massacre. M-moi je voulais juste jouer.

    Maintenant Tata allait l’enfermer dans la pièce à scorpions, ou l’offrir à manger à la Dévoreuse. Comme Rome qui nourrissait ses tigres et lions pour les changer de leurs régimes yaourt nature (100% made in Grèce). Pour sauver sa peau, Ludwig n’avait aucun argument. Hormis la parade des grands yeux débordants de larmes et demandant pitié.

    Dans quelques siècles on associerait cette technique à celle d'un certain Chat Potté.


_________________
« Ich bin eine Kartoffel ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://so-yuyu.livejournal.com/

avatar


Iset / Kemet




MessageSujet: Re: {Antiquité très antique} Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…[Iset]   Mer 11 Aoû - 10:44

Et ça y est le gosse faisait son cirque. Iset croyait pourtant l'avoir bien expliqué à Germania : elle gardait que des gosses qui chialaient pas. Hassan n'était pas là, Hassan était avec pharaon aujourd'hui, voilà pourquoi Kemet avait pensé passer une journée au calme. Raté. Dans sa tête, elle compta jusqu'à neuf. Et compter jusqu'à neuf pour un égyptien, c'est compter jusqu'à l'éternité, qu'on se le dise! Autrement dit, elle faisait preuve d'énormément de patience. Puis....

Je te jette par la fenêtre tout de suite ou j'attends encore un peu?


Silence radio. Hé ben voilàààà !Un peu de tact, de délicatesse et le tour est joué. En attendant, elle allait l'occuper, ce morpion ! Voyons voir... Voilà, elle le posa devant un petit bureau avec des papyrus, des calames et de l'encre. Ca ferait bien assez l'affaire pour une heure ou deux, non?


Maintenant tu vas faire un joli dessin sans parler, ok? Et sans te tâcher sinon je te jette dans le Nil. Oui, là où il y a des crocos...


En attendant, Iset, elle, allait s'écrouler sur un des coussins pour terminer sa manucure. Voilà, comme ça ! Elle surveillait le gosse de on oeil droit et l'ongle de son pouce de son oeil gauche parce que oui, les femmes c'est multitâches.

– Hassan sera pas là de la journée. Tant mieux, deux gosses à la fois je peux pas, un c'est déjà assez bien compliqué. Surtout que toi, tu chiales fort

Tandis qu'elle parlait, la manucure s'achevait. Qu'est-ce qu'il manquait à présent? Ben rien, ses mains étaient parfaites et puis c'est tout. Le gamin était toujours vivant, un bon point, alors quoi?
Alors elle s'ennuyait. Ca serait pas arrivé dans son bain, ça ! On peut pas s'ennuyer dans l'eau, à faire trempette dans une baignoire, c'est SCI-EN-TI-FI-QUE !
Par contre avec un gamin...si !

Même pas de magazine Populum à lire, pas que la vie des stars l'intéressait mais... mais la dernière fois il y avait eu une de ces histoires de coeur entre un légionnaire de l'armée romaine et une pauvre paysanne; c'était beau ! Le légionnaire était menacé d'expulsion dans l'armée et sa famille souhaitait le déshériter... Enfin bref, voilà quoi... héhé....ça nous arrive à tous une fois dans notre vie de lire des bêtises pareilles. Et puis ça demandait aucun effort de réflexion ça, au moins !

– Ah mince au fait ! Il va falloir te faire à manger je crois... -sauf que les pâtes ça existe pas encore par ici- ….. tu veux pas jeûner?

Non, Ludwig voulait pas. Finalement Iset allait quand même le balancer par la fenêtre,, parce que là, la situation lui échappait un tout petit peu trop.



Ou alors elle avait du pain et peut être un peu de fromage?

Allez, cure de calcium pour la terreur, Germania allait être content, son petit dernier aurait de bons gros os grâce à tata Iset. Ahlala, on en faisait plus des baby sitters comme cela, qu'on se le dise ! Pour la peine, Iset pensait à hausser ses tarifs,, parce que là quand même, voilà quoi....


– Alors, tu me montres tes dessins ou bien je te fais bouffer ton pinceau?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Ludwig / Allemagne

Admin
L'amour et la haine sont des parents consanguins


Capricorne
Messages : 3308
Age : 27
Localisation : Dans le pays de Goethe

Citation : Save water. Drink beer.
Double Comptes : Roumanie

RPs en Cours : 1. L'Ouest et l'Est : opposition culturelle ? {Japon
3. Ah les crocrocro... {Kemet
3. Avoir peur d'un enfant {Alsace
4. Comme un homme { Prusse
5. [1997] Faire revivre les mythes | Hellas

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: {Antiquité très antique} Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…[Iset]   Sam 21 Aoû - 20:09

    Dessiner... Elle en avait des bonnes, Tata. Ludwig ne savait même pas tenir un calame sans risquer de s’éborgner avec. Elle l’avait sûrement confondu avec Roderich, le petit génie artistique. Lui il savait tout faire, un vrai prodige qui, comme tout génie, était facilement irritable. Si on osait toucher une de ces oeuvres il entrait dans une colère folle et vous maudissait avec des mots que Ludwig ne comprenait pas - mais qui étaient apparemment pas jolis à entendre vu qu’on lui bouchait les oreilles.

    Si Iset voyait le papyrus vierge sûre qu’elle piquerait une crise. Ludwig tapota le calame contre sa lèvre inférieure, tâchant de faire fonctionner son petit cerveau de futur soldat. Qu’est-ce qui pourrait plaire à Iset, et ne pas être TROP compliqué à faire ? Mieux valait éviter de copier les jolis petits dessins qui ornaient le mur en face de lui. Iset appelait çà des «iéroglyf», et çà servait à écrire des choses. Ludwig n’avait jamais compris en quoi c’était important, mais c’était ingénieux. Tata était quelqu’un de très intelligent, mais aussi très colérique.

    Penché sur son papyrus - veillant à ne pas encrer son nez, sinon bonjour les crocos - Ludwig s’appliqua, la langue sortie comme un petit serpent de son panier. Du moins s’appliquait autant que pouvait un enfant en manque de nourriture dont l’estomac gronde aussi fort qu’un orage. Quand Iset parla de jeûne, Ludwig pensa sérieusement à envoyer un pigeon voyageur à Enfance Maltraitée. Sauf qu’il n’avait aucun pigeon et surtout qu’il ne savait pas écrire. S’il dessinait une furie aux dents pointues et qu’il accroche le message au cou d’un chacal, avait-il une chance d’être sauvé ?

    – Alors, tu me montres tes dessins ou bien je te fais bouffer ton pinceau?

    Manu militari Ludwig tendit son papyrus. Le Rome de son gribouillis n’était reconnaissable qu’à sa toge, tant Ludwig avait exagéré la pilosité du latin. Si on en croyait le dessin, Rome avait des poils de jambes aussi longs que les cheveux de Germania. Ce dernier, présent sur l’oeuvre, frappait Rome avec un objet qui devait être un glaive mais avait des allures de bâton de berger. Les dons de Ludwig en dessin étaient des plus limités, surtout pour dessiner des personnages de profil (il s’était dit que cela ferait plaisir à Iset).

    - Et là, c’est toi, crut bon d’expliquer Ludwig.

    L’Egyptienne étranglait une femme en toge. Enfin toge, c’était vite dit. On l’aurait enroulé de languettes de cire que cà aurait été pareil. Hellas ressemblait ni plus ni moins à une amphore momifiée, tandis qu’Iset était une furie à la perruque hérissée, littéralement, comme les poils d’un chat qui fait le dos rond.

    Avec un peu de chance Iset serait fier de ce portrait d’elle, et lui donnerait double ration de pain pour son goûter.

    Soit il y avait beaucoup de vent, soit les cheveux d'Iset se dressaient de fureur. Là, grosse terreur de Ludwig qui n'eut rien de mieux à faire qu'hurler.

    - NOOOON. Pas la trempette !

    Fuyant la perspective de dormir avec les crocodiles, Ludwig fila comme une flèche, ouvrit la porte et la referma derrière lui. S'enfermant ni plus ni moins dans les locaux d'entretiens - appelés communément placard à balais.

_________________
« Ich bin eine Kartoffel ! »


Dernière édition par Ludwig / Allemagne le Jeu 11 Nov - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://so-yuyu.livejournal.com/

avatar


Iset / Kemet




MessageSujet: Re: {Antiquité très antique} Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…[Iset]   Mar 9 Nov - 11:44

Ce gosse avait du être bercé trop près du mur. Iset le regarda s’enfuir dans les couloirs du palais et décida de ne pas chercher à comprendre. Parfois, ça vaut mieux… Les Germains ne sont pas finis, finis on va dire. Elle haussa les épaules et roula le dessin pour ne pas l’abîmer. Le gosse voudra peut être le remmener chez lui.
La jeune femme alla vers Sac à Main et lui gratouilla le museau. Le crocodile laissa entendre un grognement de satisfaction. Si l’absence de Ludwig devenait trop longue, l’animal irait sa recherche. En attendant ce n’était pas la peine de faire grand-chose.

…..

Vérité numéro une pour Iset l’Egyptienne : un Germain senior, au fond c’est plus cool à garder que des germaniques juniors. Quelques tonneaux de bières et puis voilà, il bouge pas et vu qu’il ne parle pas de nature, ça c’est fait !
Mais les gosses, alors là…A croire qu’on avait inscrit la loi de l’emmerdement maximal dans leurs chromosomes. Le fait que ce soit de petits êtres masculins devaient y jouer pour quelque chose.

Enfin…

En attendant, elle s’ennuyait. Ah mais tiens, il avait pas proposé quelque chose de sympa le gosse, tout à l’heure ? Mais oui, la trempette, le bain ! Ca lui ferait pas de mal au morpion, vu l’hygiène germanique de ces temps ci.

Sac à main… va chercher, aller !

Heureux d’avoir une mission, le croco grouika de joie et partit en trotinnant de toute la force écailleuse de ses jolies papattes. Il vérifia dans les vases qu’il n’y avait rien, regarda derrière les rideaux et finalement, alla au placard à balais. Oui, un croco ça sait ouvrir les portes, vous savez pas ? Pfff, bande de nuls !
Illico presto, il ramena Ludwig par le fond de son pantalon jusque…la salle de bain ! Ah ça le gosse, il devait pas vraiment connaître comme pièce !

Iset était justement en train de vérifier la température de l’eau. Pas la peine de le faire cuire au bain marie non plus, en plus c’était pas ce qu’il y avait de meilleur, comme cuisine. Non, rien ne valait les grillades, et toc !

PLOUF

Sac à Main, champion en lancer de germains de moins d’un mètre vingt. Ouuh ça c’est un beau croco ça, hein ?! C’est le croco à mooooman ! Oui, il faut le féliciter, c’est très important l’égo d’un crocodile, vous pouvez pas comprendre !

Tiens gamin, regarde… Tu vois ça ? C’est du savon. SAAAVOOOON…. Mais…mais non arrête ça se mange pas ! Hé bah voilà…maintenant tu fais des bulles, c’est malin… Non, c’est pour se laver ! Tu fais de la mousse avec et puis tu frottes… Faudrait que je rappelle ça à ton père, tiens. Tu vas y arriver tout seul ?

La jeune femme alla regarder dans les joies d’Hassan, pour rajouter dans la cuve. Voilà, comme ça il embêterait personne, le mioche. Et puis ça la faisait marrer, tiens, de rendre à Germania son petit barbare qui sentait la rose, les fleurs des champs, la lessive à la fleur d’orangers et autres trucs de ce genre..ouais…comme un petit romain !
Héhéhé….
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Ludwig / Allemagne

Admin
L'amour et la haine sont des parents consanguins


Capricorne
Messages : 3308
Age : 27
Localisation : Dans le pays de Goethe

Citation : Save water. Drink beer.
Double Comptes : Roumanie

RPs en Cours : 1. L'Ouest et l'Est : opposition culturelle ? {Japon
3. Ah les crocrocro... {Kemet
3. Avoir peur d'un enfant {Alsace
4. Comme un homme { Prusse
5. [1997] Faire revivre les mythes | Hellas

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: {Antiquité très antique} Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…[Iset]   Jeu 11 Nov - 18:12

    Mais-mais où était le sol ? Enfermé dans ce placard tout noir, Ludwig avait-il atteint l'illumination et appris l'art du vol ? Le gosse agita ses bras et ses jambes, riant de pouvoir exécuter un tel exploit. Avec un peu de temps il saurait peut-être fondre en piqué comme un aigle. Ce serait son père qui serait content – et ses frères qui seraient jaloux, mais çà il avait l'habitude. Le frère lointain du Nord – celui avec sa hache en plastique – le frappait toujours en le traitant de « fayot ». Ludwig n'avait jamais compris pourquoi il était comparé à un haricot.

    - Oooh, je voooole !

    Un vol qui ne dura que quelques secondes mais qui permit à Ludwig de voir où il allait atterrir. Et de constater que, non, agiter les bras ne permettait pas de stopper sa chute inéluctable et que les dieux égyptiens (ô dieux cruels) avaient décidé qu'il subirait la trempette. De gré ou de force.

    Par Thor et par Loki, quelle humiliation. Ludwig ravala ses larmes : il était un guerrier, un vrai, et ce n'était pas de l'eau qui allait lui faire peur. En quelques secondes, il se retrouva nu et avec une étrange tablette colorée dans les mains. Comme tout gamin en bas-âge devant un objet inconnu, Ludwig utilisa le sens le plus développé : le goût. Croquant dans la tablette, il recracha vivement le bout de « savon » (drôle de nom). Ce n'était pas bon, pas du tout.

    Clignant des yeux, Ludwig écouta les préceptes de la grande prêtresse Iset. Se... laver ? Mais la crasse était la meilleure armure du guerrier, çà permettait d'être fort et de ne pas tomber malade ! Enfin le gosse avait un minimum d'instinct de survie, et ce dernier lui criait de se taire, et d'obéir. Papa disait toujours qu'il faut obéir aux désirs d'une femme : c'est le meilleur chemin pour atteindre leur coeur. Même si Ludwig comprenait pas pourquoi il fallait atteindre le coeur d'une dame (pour le manger ? ), il se mit à frotter le savon sur tout son petit corps.

    - Oh des bubulles, des bubulles !

    Heureusement qu'Iset lui refourgua les jouets d'Hassan sans quoi Ludwig allait continuer à passer des heures à battre des mains en hurlant « Des bubulles, des bubulles ». L'est blond le petit, il se contente de peu. Et Hassan il avait plein de jouets tout beaux, tout brillants, et qu'il n'avait jamais vu. Ludwig passa d'un jouet à l'autre, en riant avec éclat. Une barque avec un Rê au bras mobile – bras que cassa Ludwig en le bougeant trop, et qu'il mit sous la couche de mousse du bain. Hop, pas vu, pas pris. Tiens un hippopotame qui couine. Mais le meilleur fut...

    - Un oiseau qui tremble !

    Un ibis plus précisément. En appuyant sur un bouton, il tremblait de partout et quand on le posait sur l'eau, çà faisait de grosses vagues. Même qu'avec un autre bouton on pouvait changer la fréquence de vibration.

    - Il est trop bien ! Je peux le garder, Tata ?

    Le posant dans ses petites mains, le gosse se mit à rigoler. Çà chatouillait.

    - Je suis sûr que Papa serait content d'y jouer avec moi !

    Il était blond, il était innocent, il sentait bon la fleur de lotus, le petit Ludwig.

_________________
« Ich bin eine Kartoffel ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://so-yuyu.livejournal.com/

avatar


Iset / Kemet




MessageSujet: Re: {Antiquité très antique} Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…[Iset]   Mar 14 Juin - 10:15

C’est chiant un môme, même quand ça joue. Là il avait trouvé l’ibis mécanique d’Hassan et aspergeait toute la salle de bain avec. Soit….Iset doutait fortement que Germania soit capable de jouer à la poupée mais pourquoi pas ? De toute manière ce n’était pas là ses affaires…
Elle haussa les épaules et laissa blablater le môme, se contentant juste de le surveiller pour éviter la noyade. Il ne manquerait plus que ça !

Non parce qu’avoir Germania sur le dos pour une futilité pareille, non merci. Allez hop au nom du père, du fils et du saint esprit (même si ça n’existe pas encore), on y va ! Iset plongea complètement le gamin dans l’eau, histoire de le rincer. Hé bah voilà… Quand à ce qu’il prenne l’ibis d’Hassan, non. Elle allait pas donner les jouets de son fils, il se débrouillait, l’autre !

On remonte le petit à la surface et on l’enveloppe dans de quoi le sécher. Hé voilà…

Et si on s’occupait de ta tignasse ?

Non parce qu’avec sa frange qui lui dégouttait dans les yeux, on pouvait croire que son père avait fait des bêtises avec un poney shetland ou bien un berger briard.
Remarque c’était peut être le cas hein ? Les mœurs sexuels des germains, parfois ça peut aller trèèèès très loin.

Mieux valait ne pas s’étendre sur la question, histoire de ne pas finir traumatisée. Un peigne à la main, Iset s’attela à démêler les mèches humides de Ludwig, veillant bien à ne pas tirer dessus. S’il les avait un peu plus long, un tout petit peu, elle pourrait presque lui faire de jolies couettes. Dommage hein ?

Il était une fois…

Iset était une maman, peut être pas la meilleure mais elle en était une quand même et savait ce qui plaisait aux enfants : les histoires. Alors pour Ludwig, elle raconta une guerre entre Dieux parce qu’il était petit garçon et parce qu’il était germain également. Les garçons aiment la guerre, c’est ce que l’on dit. Elle raconta les batailles, les sabots des chevaux et l’éclat des épées. Elle raconta tout en coiffant le garçonnet et pour finir, termina sur un conte.

Il était une fois un papa crocodile qui partait à la guerre…

La guerre, toujours la guerre. Voilà ce que racontait Iset tout en rhabillant Ludwig, cette histoire était également la préférée d’Hassan, tous les soirs elle devait à nouveau y passer, changeant quelques fois la fin, pour endormir son propre enfant.

Voilà ! Un petit Germain tout beau, tout propre et tout net… Hermann allait gueuler par contre, mais c’est pas grave. Allez donc faire comprendre à cette tête de mule qu’un enfant ça se lave… c’est plus des mioches à ce rythme mais des crasses ambulantes !

Enfin bon celui là au moins était présentable, on aurait presque envie de le garder pour soi. Oui, presque…

Alors Terreur, le premier arrivé aux cuisines a une doubleration de miel, t’en penses quoi ?

BAM

Ca c’était le bruit de Sac à main qui lui…ne pensait pas vraiment. Le croco avait entendu le mot « miel » (oui il bouffait vraiment tout et n’importe quoi), et sans même prendre le temps qu’on lui ouvre la porte… hé bien s’était assommé dedans. Brave bête, Sac à Main, brave bête….


Revenir en haut Aller en bas

avatar


Ludwig / Allemagne

Admin
L'amour et la haine sont des parents consanguins


Capricorne
Messages : 3308
Age : 27
Localisation : Dans le pays de Goethe

Citation : Save water. Drink beer.
Double Comptes : Roumanie

RPs en Cours : 1. L'Ouest et l'Est : opposition culturelle ? {Japon
3. Ah les crocrocro... {Kemet
3. Avoir peur d'un enfant {Alsace
4. Comme un homme { Prusse
5. [1997] Faire revivre les mythes | Hellas

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: {Antiquité très antique} Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…[Iset]   Sam 6 Aoû - 13:38

    Les histoires ont toujours eu le don de calmer les gosses. Ludwig ne criait ni ne pleurait, tout entier plongé dans le récit d'Iset. Ses dieux étaient bien différents de ceux du petit garçon. Mais qu'on soit en Egypte ou en territoire germanique, il y avait des choses immuables comme la violence. Tous les dieux ont des défauts, tous les dieux convoitent ce que veulent les autres. Et tout ceci se finit dans des guerres éternelles car un dieu jamais ne meurt.

    Ludwig savait ce qu'était la guerre, et elle le terrifiait. Tout autant qu'elle le fascinait. Il ne comprenait pas encore à quoi elle servait, mais elle devait sûrement être importante. Son père trouvait toujours une nouvelle femme après chaque guerre. Ce qui annonçait une nouvelle naissance et de devoir se serrer sous la couverture quand les nouveaux frères venaient en visite. Des frères bien différents de lui avec leurs propres croyances et leurs propres rêves.

    - Dis, il est pas très courageux le papa crocodile de fuir l'éléphant... Parce que Papa lui tu vois, il aurait pas fui, il aurait tué l'éléphant sans avoir peur ! Par contre il aime pas les araignées Papa, il pousse un drôle de cri en les voyant...

    Début de la désillusion infantile. Tous les papas ne sont pas des héros et ils ont tous un point faible. D'ailleurs tiens ça avait valu une déculotté à Gilbert quand ce dernier avait agité une araignée – morte – devant le nez du papa.

    - Alors Terreur, le premier arrivé aux cuisines a une doubleration de miel, t’en penses quoi ?

    A ce point de l'histoire Ludwig adopta l'expression d'un Turc à qui on promet le paradis avec rivières de miel et femmes aguichantes. Le regard vicieux en moins mais la langue sur les lèvres tout de même. Le garçon claqua ses mains l'une contre l'autre.

    - Oh oui je veux !

    Sans même un regard de compassion pour le crocodile, le garçonnet se jucha sur son dos et lui tapa le crâne.

    - Allez Sac à main, à la cuisine ! T'auras double ration si on gagne !

    Avec un grognement qui aurait presque paru humain, le crocodile se jeta contre la porte n'ayant pas compris qu'il fallait ouvrir avant. Ludwig eut à peine le temps de se mettre debout sur l'animal et d'abaisser le loquet que Sac à main fonçait déjà dans le couloir en grognant, en langue crocodile, le mot « miel ». Pieds par-dessus la tête, Ludwig mit un certain temps à comprendre qu'il était tombé de sa monture. Se remettant sur les fesses d'un bond, il eut une autre mauvaise surprise : Tata Iset ne l'avait pas attendu pour faire la course.

    - Hey, mais... je connais pas le chemin !

    Et évidemment aucun guide à l'horizon. Hum, bon soyons un homme mon fils, comme dirait papa. Quand on ne sait pas où aller, il faut observer. Ludwig avait amorcé plusieurs pas déjà dans les couloirs quand il entendit des éclats de voix. Vu à quel point elles étaient aiguës ce ne pouvait être que des femmes. Et dans la petite tête blonde le mot « femme » était souvent associé à « maman » et « pas dangereux » donc « amie ». Trottinant sur ses petits petons, le germain courut, certain de trouver quelqu'un pour l'aider.

    Sauf qu'une savonnette à l'huile de palme avait été abandonnée au sol. Pied et savon n'ont jamais fait bon ménage. Il y eut quelques instants d'intense trou noir avant que Ludwig ne comprenne ce qui s'était passé. Immergé dans de l'eau, un nénuphar sur la tête, le gamin se retrouvait entouré de dames. NUES.

    - Gasp !

    Ce fut le cri qu'il poussa en constatant sa situation, préférant s'immerger dans l'eau en fermant les yeux plutôt que d'être dévisagé. Oh il avait déjà pris des bains avec ses frères et son père, mais pas des dames et jamais dans une telle tenue.

    Là encore ça aurait pu aller si toutes les dames du harem n'avaient pas succombé au syndrome « mais qu'il est mignon ! » Ce fut la dispute au sein des Égyptiennes pour savoir qui aurait le privilège de serrer le mignon bout de chou contre son sein. C'est Germy qui aurait été content de voir ça.

_________________
« Ich bin eine Kartoffel ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://so-yuyu.livejournal.com/



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: {Antiquité très antique} Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…[Iset]   

Revenir en haut Aller en bas
 

{Antiquité très antique} Ah ! Les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…[Iset]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Hetalia RPG } :: Le monde : Ce grand plateau de jeu :: @ Afrique :: @ Afrique du Nord-