Partagez | 
 

 [époque actuelle] With friends like this, who need enemies ? | PV Tuxedo Trio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Kim Yong Sun / N.Korea

The smile is absolutely a lie


Messages : 15
RPs en Cours : Réminiscences | Mongolie

With Friends Like This, Who Need Enemies ? | Mongolie - Turquie

D'abord c'est lui qui a commencé ! | Corée du Sud

MessageSujet: [époque actuelle] With friends like this, who need enemies ? | PV Tuxedo Trio   Lun 30 Jan - 0:17



"D'accord, mon garçon, reste calme et explique moi au juste...

Qu'est-ce que partouslesvénérablespèresducommunisme tu fous là ?"


Enfoncé dans son siège en cuir, dans un coin de la salle, à l'exact opposé du trône qui devrait bientôt soutenir le majestueux fessier de la majestueuse Amérique, Corée du Nord s'était perdu dans ses pensées suintantes de sarcasme. Non pas qu'il était d'une humeur particulièrement lyrique aujourd'hui, mais cet endroit l'inspirait. A tel point que la moindre poussière sur un coin de moquette pouvait servir de prétexte pour un nouvel élan poétique.

"Tiens donc, la femme de ménage aurait-elle été interrompue dans son travail par un français ?..."

Stop. Inutile de huer. Vous l'avez convié à un meeting international, maintenant faut assumer. D'ailleurs si vous ne regrettez pas encore cette idée magique, vous serez sans doute curieux de savoir comment il en est arrivé à décider de vous [censure]...sévère en pointant son nez rouge à ce foutu meeting.
Alors allons-y.

Lorsqu'il avait reçu la lettre le conviant à cette petite réunion, Yong Sun avait commencé par adopter la procédure habituelle. C'est-à-dire ouvrir la lettre avec nonchalance, regarder dedans avec nonchalance, constater avec nonchalance que le meeting se tiendra aux États-Unis, et remettre la lettre à ses chercheurs pour qu'ils fassent des essais nucléaires dessus.

Ça, c'est la procédure. Celle qui arrange tant Corée du Nord qu'Amérique, et que le malheureux chargé d'escorter les pays à leur arrivée aux États-Unis. Sauf que voilà, cette fois-ci, le dirigeant de Yong Sun avait décidé qu'il était temps que son pays se fasse un peu remarquer. Et quoi de mieux pour ça qu'une Réunion Mondiale ?

Qu'il n'y ait pas de malentendus, Yong Sun, il adore son dirigeant (l'ancien comme le nouveau d'ailleurs), il adore se faire remarquer, surtout en réunion et surtout chez les autres, et puis ça fait bien 3 semaines depuis son dernier attentat diplomatique, et il a un quota à remplir. Ce que Yong Sun n'aime pas, en revanche, c'est l'idée de devoir se déplacer dans un trou du bout du monde littéralement débordant de dégueulasseries capitalistes, tout ça pour assister à un "meeting" de sauvages où investir dans une paire de boules quies ne sera pas de trop pour préserver son cerveau des raz de marée d'absurdités régurgités par les pays présents. Entre autres.

C'est donc dans un très TRÈS grand élan d'amour à l'égard de son patron tout neuf, et aussi un peu dans un soucis de préservation auprès de lui de son image de brave garçon discipliné, que Corée du Nord avait accepté sa noble tâche et était allé récupérer son invitation -qui entre-temps était devenue passablement radioactive.

L'un des grands points forts de Yong Sun, outre de toujours réussir brillamment ses missions, c'était de s'en acquitter très rapidement. Concrètement, ça signifie qu'il commença à imposer sa douce présence avant même d'avoir dépassé les frontières de la Corée.

"Inutile de vous embarrasser à m'envoyer vos boeings, jets, ou même vaisseaux spatiaux les plus somptueux. Je ne monterais que dans un avion russe piloté par un russe dont la nationalité m'aura été prouvée. Faites preuve de bon sens pour une fois, je sais que vous le pouvez."

Ce choix avait pimenté son voyage d'une pointe d'insécurité, mais le plaisir d'imaginer Amérique inaugurer la boite de Prozac en son honneur lui avait presque fait oublier les quelques turbulences et l'épaisse fumée noire s'échappant du moteur droit.

Lorsqu'enfin il débarqua aux États-Unis -et après avoir effrayé quelques buildings pendant la descente, Corée du Nord n'eut pas le temps de toucher la terre ferme que déjà ce Mr.lemalheureuxchargéd'escorterlespaysàleurarrivéeauxUSA tentait de violer son espace vital.

"Bonjour Monsieur. Pouvez-vous me présenter votre invitation je vous prie ?
- Reculez d'un pas.
- Je vous demande pardon ?
- Le voyage a été long, j'ai besoin d'un peu d'air.

Son sourire demandait S'il vous plait. Ses yeux ajoutaient grouille-toi l'asticot. Mr.lemalheureux s'éxécuta, non sans un très léger haussement de sourcil.
- Encore un pas.
- Comme ceci, monsieur ?
- Parfait.

Le visage de Yong Sun se déforma alors en une moue pleine de déception.
- En fait ce n'était pas vous. J'avais oublié que l'air était naturellement lourd ici.
- Excusez-moi, monsieur, avez-vous l'invitation ?
reprit-il d'un ton de voix qui trahissait légèrement -mais c'était déjà trop- son impatience.
- ...Vous êtes terriblement chanceux.
Il ouvrit la bouche pour répondre, mais sa voix lui resta en travers de la gorge lorsqu'il vit les lèvres pâles du coréen s'étirer pour découvrir deux rangées de dents parfaitement blanches et alignées.
- Si cela ne tenait qu'à moi, vous auriez déjà perdu votre langue et quelques autres organes pour l'audace dont vous venez de faire preuve. Alors tâchez de rester à votre place, je vous prie. Un accident diplomatique avant même mon arrivée en réunion serait absolument regrettable. Pour vous."

L'homme se tut. Juste pour le plaisir, Yong Sun le fit patienter encore quelques minutes avant de sortir enfin la fameuse enveloppe, et de la lui tendre négligemment sans même un regard. Mr.lemalheureux inspecta le bout de papier -qui avait, pour X raison, vaguement l'air d'être en train de s'auto-digérer- et le rangea dans son veston.

"Tout est en ordre, monsieur. Si vous voulez bien me suivre, je vais vous conduire jusqu'à votre...
- Je vous déconseille de laisser trop longtemps cette chose là-dedans, si vous tenez à votre costume et à vos poumons. 1 térabecquerel par gramme c'est plutôt pas mal pour un chiffon.
- ...votre limousine...
- Un chinois.
- Je vous demande par-...
- Le conducteur. J'ose espérer qu'il s'agit d'un chinois. Je serais absolument ravi de partager quelques anecdotes avec un confrère immergé parmi vous-autres indigènes.
- Je...ne crois pas, mais...
- Dans ce cas vous savez ce qu'il vous reste à faire."



Et c'est ainsi que, 2 heures et un sourire fumeux plus tard, Corée du Nord se retrouvait dans l'immense salle de l'immense immeuble, en train de se noyer dans son immense fauteuil. Le doux souvenir de Mr.lemalheureux épluchant son répertoire personnel à la recherche d'un quelconque asiatique ayant son permit de conduire, et suant à grosses gouttes au fil des minutes lui arracha un sourire méprisant. Finalement ce meeting international s'annonçait plus amusant que prévu.

Il étira lentement son bras jusqu'à la table pour attraper la traditionnelle bouteille d'eau qui trônait sous le nez de chaque pays, et bu quelques gorgées tout en faisant un tour de table. Évidement, il ne fallait pas s'attendre à un miracle. Il était enclavé dans une montagne faite de capitalistes et d'imbéciles de toutes les tailles et de toutes les formes. Avec Chine. Et au sommet de cette montagne, il y avait Amérique, leur roi, plus bête que jamais, qui veillait à ce que sa pyramide s'enfonce avec lui dans les tréfonds graisseux de l'absurde et du pathétique.
D'ailleurs, en parlant d'Amérique, le voilà qui glisse son délicieux postérieur avec toute la grâce et la délicatesse du monde sur son siège qu'on entend brailler de plaisir depuis l'autre bout de la salle.
Allons, trêve de sarcasmes. Ayons une pensée pour ce pauvre siège.

...
Il n'aura pas souffert.
Coupant court à un nouvel élan d'ironie artistique de Corée du Nord, la porte grinçante s'ouvrit sur un nouveau rocher, presque ponctuel, de la montagne grassouillette d'Amérique. Enfin, c'est ce qui traversa l'esprit de Yong Sun avant qu'il ne jette un rapide coup d'œil audit rocher.


"...bip..."
"...bip..."
"...bip..."

"...biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip..."


Il eut tout de même le bon sens d'avaler l'eau qu'il avait dans la bouche avant de commencer à s'étouffer sous le choc.




"Finalement, messieurslesvénérablespèresducommunisme, j'ai une bien meilleure question.
Qu'est-ce que LUI fout là ?"
Revenir en haut Aller en bas
 

[époque actuelle] With friends like this, who need enemies ? | PV Tuxedo Trio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Hetalia RPG } :: Le monde : Ce grand plateau de jeu :: @ Amériques :: @ Amérique du Nord-