Partagez | 
 

 [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Aelius Romulus/ Rome

Séducteur de la Méditerranée



MessageSujet: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   Ven 25 Nov - 21:20

L'Empire Romain ouvrit les portes du grand bâtiment. Il marchait lentement, le bruit de ses pas résonnant dans les couloirs que les esclaves avaient éclairé peu de temps auparavant. Il régnait une certaine fraicheur dans le bâtiment, ce qui n'était pas désagréable vu la chaleur extérieure.

Aelius avait quitté sa demeure peu de temps avant. Ses fils et les autres colonies romaines dormaient encore, paisiblement, sous la surveillance d'un esclave dévoué que le romain avait sauvé des années auparavant. Tout allait bien, tout semblait parfait ce matin.

Sophia n'allait certainement pas tarder, elle était très ponctuelle. Ils allaient sans doute 'diriger' cette réunion ensemble, étant les nations les plus cultivée de ce rassemblement. Sauf si les ''nouveaux'' se montraient tout aussi fûtés bien entendu.

De même Huctia viendrait rapidement, elle n'aimait guère arriver en dernier, ou alors elle le ferait juste pour l'ennuyer lui et le couper en plein milieu de son discours....
...Si ce n'était pas Hibernia qui le faisait d'abord, soit dit en passant.

Le roux allait être dur à gérer, Aelius ne l'avait pas vu depuis la Guerre des Gaule, et était persuadé que le celtique risquait de toujours lui faire la tête, lui en voulait toujours de lui avoir volé sa femme. Même s'il lui en restait une. Celle-ci serait-elle présente ou le roux ne voudrait pas prendre le risque de la mettre sous le nez de ses deux rivaux? Il ne savait pas et peu lui importait. Aucun conquête n'était à l'ordre du jour pour le moment, outre ce qui était déjà en cours.

Hermann...le romain ne savait pas où était passé la personne censée être son garde du corps. Peut-être était-il allé se balader dans la ville, peut-être était-il allé boire ou aller séduire quelques femmes dans un lupanar même. Après tout ça ne le regardait pas. Même si l'autre n'était pas censé s'éloigner trop longtemps sans prévenir. Ce n'était pas grave, l'empire savait se défendre après tout.

Ibéria, quand à elle, ne serait pas là parce qu'elle ne se sentait pas très bien, la naissance de leur second enfant approchant de plus en plus. L'hispanique avait été claire: elle se reposerait aujourd'hui et lui laisserait ses commentaires avant la réunion. Il savait donc déjà ce qu'elle pensait des thèmes qui allaient être abordé (parmi ceux prévus) et dans l'ensemble elle était relativement d'accord avec lui. Ce qui simplifiait la situation d'ailleurs.

Enfin il savait que des nations du nord allaient venir, d'après ce que lui avait dit Germania mais il ignorait qui. Là encore peu importe, il allait vite savoir. Ils allaient arriver d'ici peu, peu être un peu en retard mais ils seraient là.

Arrêtant un esclave au passage, il lui ordonna de préparer une sorte de banquet pour quand la sans doute longue discussion entre nations serait finie. Il en connaissait beaucoup...et se doutaient que beaucoup auraient envie de boire ou de manger (non non il ne visait personne, qu'allez-vous imaginer là?).
Puis il entra dans la pièce. Elle était circulaire, semblable à une pièce de la Curie ou du Sénat mais en plus petite. Silencieuse puisqu'il n'y avait que lui, elle semblait attendre les futurs occupants.

Aelius posa les quelques papyrus et tablettes sur un des sièges et s'étira longuement. Il rajusta légèrement sa toge, la lissant soigneusement. Il ne portait pas son armure comme d'habitude, ce qui soulignait son attitude très claire de ''Pax Romana''.
Après tout ce n'est pas comme s'il risquait quelque chose (on était censé discuter pacifiquement) et quand bien même un humain viendrait faire le malin, Hermann aimait le travail bien fait.

Il prit une grande inspiration, se préparant mentalement à ce qui allait suivre. Il n'y avait pas souvent de réunion. La dernière avait eu lieu après l'assassinat de César, soit il y a un demi-siècle un peu près. Cette fois il était plus fort et en forme, tout irait parfaitement bien. Il s'étira une nouvelle fois puis se retourna en entendant la porte s'ouvrir.



Dernière édition par Aelius Romulus/ Rome le Sam 26 Nov - 9:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Hermann/Germania

Lapin Crétin. Plus lapin que crétin. Quoique.


Balance
Messages : 995
Age : 29
Localisation : Loin. Très loin.

Citation : ...
Double Comptes : Elizaveta / Hongrie

RPs en Cours : • La guerre en couleurs [Sterenn]

• Se souvenir des jours passés [Yao]

Le loup mange celui qui se fait brebis [Sophia]

Quand un sentiment est inexprimable [Sunhilde]

Une leçon de vie aux temps jadis [Gilbert]

Deux jeunes cons pour un bout de gazon et quelques poulettes [Ruanaidh]


Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   Sam 26 Nov - 9:19

Le grand blond s'était levé de bonne heure, pour pouvoir encore profiter des heures les plus fraîches de la journée avant que l'implacable déesse Sunna ne les cuisent de ses rayons. Juste le temps de se mettre un en-cas dans l'estomac et de faire un tour au frigidarium avant de revenir prendre place auprès de Rome. Il n'aimait pas les bains chauds, il préférait se laver à l'eau glacée qui lui rappelait tant les rivières de ses terres. Il n’appréciait pas non plus ce qui servait de « petit-déjeuner » au Romain, c'est-à-dire du pain imbibé d'huile d'olive et des olives. Non, lui allait quémander plutôt des laitages en cuisines, voire grapiller de quoi se faire une galette de légionnaire avec divers céréales et fruits secs pilés, mélangés à de l'eau et cuits.


Bon, s'il pouvait avoir aussi l'esclave des cuisines en guise de supplément il ne disait pas non, mais ce matin, il n'avait décidément pas le temps : aujourd'hui se tiendrait une grande réunion entre nations et il devait déjà vite rejoindre Rome qui devait déjà être en train d'écrire sur ces tablette un discours ou un truc du genre. Il pouvait bien écrire ce qu'il voulait, le brun, c'est pas pour cela que le Germain comprendrait quoi que ce soit. Certes, il tâchait d'apprendre des rudiments de latin, mais toutes ces déclinaisons et tout, c'était un peu trop pour lui.


Rapidement, il reprit sa place dans l'ombre de la nation méditerranéenne, glaive à la ceinture mais pas entièrement armé comme un prétorien, quand même, il ne fallait pas abuser. Son rôle était de surveiller et de protéger la nation qui l'avait récemment prise sous son aile, on ne lui demandait pas spécialement d'être loquace ni d'avoir un avis et ce rôle ne dérangeait pas le blond. Mais seulement quelques minutes après son arrivée, qu'un messager arriva par derrière et lui chuchota que la personne qu'il attendait avec le plus d'impatience était arrivée. Sans prendre le temps de prévenir Rome -il était un grand garçon qui pouvait bien se défendre seul d'abord-, il s'éclipsa silencieusement jusqu'aux portes Nord de la ville éternelle pour accueillir la plus belle des nations venue du froid.


La plus belle, c'était tellement vrai. Il allait leur montrer au Romain et au Celte que sa moitié à lui était la plus belle des créatures. Sunhilde était belle, avec des cheveux blancs et une peau blanche comme la neige, de grands yeux mauves et un corps de déesse. Elle était belle et forte comme l'hiver, belle et froide comme la glace parfois quand elle n'était pas aussi douce que des gros flocons tombant sur la peau. Il avait juste un peu peur pour elle, qu'elle ne se fasse pas trop agresser par la chaleur du Sud, elle qui vivait tellement loin de tout ça. Déjà que lui avait du mal avec la chaleur et la soif, il craignait qu'elle en souffre aussi. Au pire, ils feraient un tour ensemble pour se rafraîchir...


Il n'avait peur que du chaud pour elle, pas des autres personnes ou nations. Plus que tout autre, il était bien placé pour connaître la force de caractère et les sautes d'humeur de la dame blanche... et leurs douloureuses conséquences.


Mais, lorsqu'il la vit, il se figea un instant. Un jeune homme accompagnait sa dame, et il n'aimait pas ça du tout. C'était un voisin, apparemment, mais le blond ne pouvait pas s'empêcher de jeter des regards noirs au Lapon tandis qu'il conduisait les Nordiques à travers la ville jusqu'au lieu de réunion, espérant qu'ils n'étaient pas trop en retard.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Huctia/Gaule

Curieuse guerrière voyageuse de la France celte


Messages : 115
RPs en Cours : avec Rome: http://hetalia.1fr1.net/t1724-rome-44-quelques-mois-avant-la-mort-de-cesar-pax-romana#40172

Avec les vieilles nations européennes: http://hetalia.1fr1.net/t1738-debut-du-ier-siecle-rome-reunion-a-l-antique-pv-anciens#40534

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   Sam 26 Nov - 10:55

Une réunion européenne entre les puissances d'Europe. Huctia n'avait rien contre cette idée, mais elle avait eut du mal à comprendre pourquoi Grèce et elle devaient y participer. Au moins elles pourraient présenter leurs doléances à Rome. Mais à part ça. Enfin, Gaule pourrait revoir Prydain. Britannia lui manquait, elle ne l'avait pas beaucoup vu depuis la guerre des Gaules. A part via quelques lettres échangées.

" Bon, je pense que pour une fois je ne vais pas faire la difficile. Je ne ferais pas trop attendre ces messieurs"

Elle déposa le petit Francis dans son berceau. L'enfant avait eut la bonne idée de lui faire une grosse crise de larmes qui avait faillit réveiller tout l'aile du palais. Heureusement Erwan dormait toujours, elle n'aurait pas à s'en occuper.

Elle sortit de l'aile et fut accueillie par la chaleur de la ville Éternelle. Elle plaignait les nations du froid qui allait venir. Elles n'avaient pas intérêt à trop se couvrir.

Avant d'entrer dans la salle, Huctia hésita. Grèce n'était peut être pas encore arrivée. Elle ne voyait pas l'intérêt d'y aller maintenant. Huctia n'aime pas être la dernière à entrer peut être. mais elle appréciait voir Aelius se fâcher tout rouge. Surtout quand il avait sa cape ( rouge aussi)

Après une petite réflexion, elle prit le partit d'attendre les deux autres nations celtiques. Elle n'était pas trop pressée de voir Hibernia, mais voulait revoir Britannia. Tant pis si Rome s'ennuyait tout seul dans la grande salle où se tiendrait la réunion.

" Et avec un peu de chance, ils arriveront en derniers et je pourrais voir mon romain tout rouge" Elle ricana en imaginant la scène.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Sophia / Hellas

Adoratrice des chats


Gémeaux
Messages : 177
Age : 25
RPs en Cours : Avec Rome-Oublier pour avancer

Avec Allemagne- [1870-1890] Faire revivre les mythes

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   Sam 26 Nov - 12:30

Une réunion des nations...Ça faisait au moins cinquante ans qu'il n'y en avait plus eu. Cinquante années plutôt riches en évènements, il fallait l'avouer. La Méditerranée, notamment, avait été le cadre de nombreux changements. Négatifs ou positifs, seul l'avenir le dirait, bien sûr...Quoiqu'il en soit, il était plutôt rare que les Nations se rassemblent, et la réunion prévue serait plus du type « bilan » qu'une réunion d'urgence. Jusqu'à présent, les Nations n'avaient pas encore eu besoin de se réunir en catastrophe, ce qui était positif.

Néanmoins, Sophia entendait bien faire en sorte que la réunion d'aujourd'hui soit productive. S'il y avait bien une chose qu'elle détestait, c'était qu'ils se rassemblent pour rien, et que leurs réunions finissent en queue de poisson, dans un capharnaüm indescriptible. La principale gageure était donc de réussir à canaliser ce petit monde. Sous-entendu : empêcher Hibernia de sauter sur Rome pour lui faire payer d'avoir conquis la Gaule. Cela ne serait pas de tout repos, c'était évident. Enfin, la grecque avait beau ne pas être armée – ce qui était logique pour une réunion de ce type-, elle n'hésiterait pas à hausser le ton pour réclamer le calme. Ni à distribuer autant de claques que nécessaire, sans distinction, si la situation l'exigeait.

Le calme et la productivité d'une réunion après tout. Après tout, en tant que seule nation « civilisée » - au sens où l'hellène l'entendait- avec Rome, c'était à elle de veiller au bon déroulement de la réunion. Mais Sophia ne garantissait pas qu'elle réussirait à garder son calme jusqu'au bout. Certes, elle allait faire de son mieux pour se contenir, mais arriverait peut-être un moment où elle finirait par craquer et laisser libre cours à sa colère si les autres nations ne faisaient aucun effort pour coopérer. Hellas était certes devenue une province romaine, mais cela ne voulait pas forcément dire qu'elle était soumise. Elle restait cette nation au fort caractère, éprise de liberté qui avait toujours lutté contre les envahisseurs, et surtout, qui avait toujours su se faire entendre, qu'importe les conséquences. En l'occurrence, elle voulait que la réunion se déroule dans le calme, et elle ferait tout pour. La fin justifiait les moyens. Et tant pis si cela ne plaisait pas aux dites nations.

Le seul point qui l'avait fait un peu hésiter quant à sa venue était bien évidemment Héraclès. Elle ne voulait pas le laisser en Grèce – qui savait ce qui pourrait arriver? Bien sûr, elle ne l'aurait pas laissé seul, mais confié à une de ses Cités...Sophia avait longtemps hésité, puis finit par prendre sa décision. Son fils l'accompagnerait à Rome, mais elle laisserait à la villa d'Aelius. Son époux avait là-bas un esclave qui lui était dévoué, on pouvait donc s'assurer de sa fiabilité. (Et de toute façon, s'il arrivait quelque chose à son fils, la Grèce Antique se chargerait personnellement de faire regretter sa négligence à l'esclave. Rien ne devait arriver à son précieux fils. Rien.) Rien que de repenser à ses hésitations, Sophia en avait mal à la tête. Ce qui n'arrangeait pas son état actuel. Elle se sentait un peu malade, ces derniers temps. Quelques nausées le matin, une sensibilité à fleur de peau et une intolérance à certaines odeurs. Elle ne pouvait que soumettre quelques hypothèses, et la plus crédible était qu'elle attendait un deuxième enfant. L'idée la fit sourire. Elle qui avait voulu donner à son fils un petit frère ou une petite soeur. Dans tous les cas, elle en parlerait à Aelius après la réunion. Autant lui faire la surprise, et surtout, elle avait peur qu'il ne se disperse et perde sa concentration en apprenant la nouvelle. De plus, Rome était désormais la plus grande puissance du monde connu, et il fallait qu'il agisse en digne représentant de son Empire. Sous-entendu : ne pas se laisser distraire et se concentrer uniquement sur la réunion. Et il en serait de même pour elle. Là, ses impératifs de nation seraient plus importants que ceux de femme. Largement supérieurs, même si cela lui arrachait la bouche de l'avouer. Il importait donc qu'elle ne montre pas son état de faiblesse, et continuer à agir comme d'habitude. Continuer à montrer la façade de la puissante Grèce antique. Elle n'avait jamais révélé ses doutes qu'à Aelius – c'était son compagnon, après tout -, et c'était très bien comme ça. Personne d'autre ne devait voir ce côté-là d' Hellas.

Perdue dans ses réflexions, elle n'avait pas vu qu'elle était déjà arrivée devant la salle de réunion. Il était encore tôt, peu de nations, à part Rome, devait être arrivée. Hellas détestait les retards, et avait par conséquent pour principe d'être la plus ponctuelle possible. Elle poussa la porte, entra, et vit Aelius – en constatant au passage, avec plaisir, qu'aucune autre nation, à part lui, n'était arrivée. Sophia sourit à son romain, puis le salua d'un doux « Aelius. ». Elle s'approcha de lui, l'embrassa sur la joue, l'enlaçant un instant. Leurs séparations, si courtes fussent-elles, étaient toujours trop longues. Mais elle savait qu'elle se devait d'être aussi présente auprès de ses Cités-Etats, pour leur montrer qu'elle ne les avait pas abandonnés. De plus, elle devait guider chaque gouverneur en charge de sa province pour ne pas qu'il ne commette de regrettables bévues pouvant vexer le peuple grec. Les hellènes étaient parfois si susceptibles... Heureuse, elle faillit révéler sa surprise, mais se rappela juste à temps qu'elle avait décidé de rien dire. Elle ne dit pas non plus qu'elle voulait lui parler : cela aussi, pourrait le distraire. Elle ne voulait pas qu'il angoisse pour rien.

Après un temps, Sophia se sépara de son romain, et partit s'installer à sa place. Juste à temps : la porte grinçait à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Adjais Rovaan / Laponie

Roi du Nord à bonnet multicolore


Gémeaux
Messages : 166
Localisation : Les yeux vers le Sud, le coeur au Nord. (63)

Citation : Heyloyoheyyohololo heyhololoheyyololo...♫
Double Comptes : Le Père Noel?

RPs en Cours : aucun~Qui?
Pardonne, frappe ou les deux~Bayern
Confier les rennes à un autre. ~Canada


Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   Sam 3 Déc - 23:25



Rome. Majestueuse citée se dressant tel un furoncle au milieu ‘une plaine jadis verte. Enfin une plaine...il paraissait qu’avant il y avait sept collines. Toujours était-il que la ville était aussi attirante pour le Nordique qu’un problème cutané.
Ce n’était pas contre cette ville elle même qu’il en avait. C’était plus contre la vie urbaine en général. Vivre entassé dans des excréments et la crasse, très peu pour lui. S’attacher à une terre, la soigner, s’échiner sur elle tout en luttant contre le ciel ? Non merci. Il comprenait leur idéal, leur éducation, leur culture, et il la respectait. Ils construisaient un héritage de leurs mains, espérant le transmettre à leurs enfants, qui eux même le transmettraient. Mais lui, préférait rendre à ses descendants la même terre que celle qu’il avait reçue.

La même vie, les mêmes opportunités pour des rêves différents. La Terre ne lui appartenait pas, il la volait à ses descendants. Autant la leur rendre en bon état. Dans l’état dans laquelle elle aurait du leur revenir.

Il soupira, chassant ces pensées de sa tête. Il n’avait pas d’enfants. Pas encore. Le processus de procréation lui paraissait encore abstrait. Et encore plus entre mâles. En revanche, la région où il se trouvait, elle, en savait bien plus que lui. Et sur tout ce qui était chaud en général.

...

Il crevait de chaud, le sauvage à ski du nord, sa peau de renne grande ouverte sur le vêtement léger qu’il portait en dessous, sa sueur ruisselant le long de sa peau bronzée par le soleil permanent de l’été, coulant dans ses sourcils blonds sales et ses scarifications. Mais malgré tout, il était plutôt heureux. Depuis sa naissance, il n’avait eu que peu de contacts avec le monde, et avait presque fini par devenir une nation légendaire, chevauchant les neiges, sauvage, commandant les éléments, indomptable, et mangeuse d’enfants. Alors il avait accepté sans réserve de mettre à mal ces préjugés en descendant dans le sud avec sa voisine Sunhilde pour connaître ces nations.
Il était confiant, étant en assez bon termes avec elle. Certes, elle le repoussait lentement vers le nord de la péninsule scandinave, et lui exigeait des rennes en tribut de temps en temps, mais la plupart de leurs échanges s’effectuaient encore sans heurts. Et puis, elle était assez mignonne.
Ce qui expliquait l’attitude de son compagnon, Germania, qui réserva au Same un accueil digne d’un ours tiré de son hibernation par un rat avec un bâton.
Accueil qui expliquait pourquoi Adjais fermait la marche, à distance respectable du Germain qui devait faire le double de son poids. Autant le laisser ouvrir la marche, soutenant la Scandinave qui semblait avoir bien du mal à supporter le soleil.

Ils arrivèrent à l’endroit de la réunion, le Nordique ouvrant la porte pour les deux barbares du Sud. Il demeura un instant immobile, examinant les autres convives qui lui étaient inconnus, puis se glissa jusqu’à sa place, jetant un œil vers le Germain qui prouvait que même les ours pouvaient prendre soin des autres personnes. Il s’étira et s’assit, grattouillant sa barbe.

La réunion pouvait commencer. Une fois qu’on lui aurait apporté des olives.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://elthalen.deviantart.com/

avatar


Hermann/Germania

Lapin Crétin. Plus lapin que crétin. Quoique.


Balance
Messages : 995
Age : 29
Localisation : Loin. Très loin.

Citation : ...
Double Comptes : Elizaveta / Hongrie

RPs en Cours : • La guerre en couleurs [Sterenn]

• Se souvenir des jours passés [Yao]

Le loup mange celui qui se fait brebis [Sophia]

Quand un sentiment est inexprimable [Sunhilde]

Une leçon de vie aux temps jadis [Gilbert]

Deux jeunes cons pour un bout de gazon et quelques poulettes [Ruanaidh]


Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   Dim 4 Déc - 9:40

Le soleil était de plomb même en ce début de matinée. Ses deux confrères du Nord, peu habitués à un telle chaleur et très loin de leurs terres, semblaient difficilement supporter le choc. Même débarrassée de ses fourrure et vêtue d'une robe légère, Sunhilde semblait être une statue de glace qui fondait au soleil, toute en nage qu'elle était. Sans doute dans l'espèce de curie qui allait servir de lieu de réunion, les murs de pierre permettraient à la Scandinave de profiter d'un peu de fraîcheur. Et en ce qui concernait son accompagnateur... peu lui importait. C'était un homme alors qu'il se débrouille. Tant qu'il n'approchait pas de trop près Sunhilde... Enfin, le jeune blondinet était intelligent, la preuve, il se tenait à une distance respectable.


Ils entrèrent dans le bâtiments par de lourdes portes de bois ferrées. Il y avait déjà du monde. Rome, naturellement. Gaule aussi, mais elle vivait parmi eux, elle n'avait pas trop de chemin à parcourir. Hellas aussi, même si elle avait un statut particulier. Bref, Rome était resté en charmante compagnie. Petit veinard. Bon, certes, il avait Sunhilde dans les bras là et sa moitié était la plus jolie des créatures du froid. Mais par ces temps étouffants, elle semblait prête à rendre l'âme. Fusillant brièvement du regard le Latin, impliquant par ce regard qu'il imaginait que cette réunion par cette canicule était un moyen de conquête comme une autre visant à affaiblir les nations nordiques en vue d'une expansion future, le colosse blond décida de quitter la pièce, sa femme dans les bras. Sans doute sous le regard médusés des autres mais peu lui importait.


Non, ce qui lui importait là c'était la faiblesse de Sunhilde. Il n'avait jamais vu sa jolie mégère tyrannique aussi faible et c'était assez inquiétant en soi. Il la ramena à sa chambre, qui n'était pas exposée plein soleil à cette heure ci -sinon il l'aurait mise dans celle de Rome, pourquoi se gêner?- et lui apporta de l'eau fraîche et quelques fruits frais. Attrapant quelques esclaves au vol, il leur confia la Nordique en les menaçant de les éviscérer à mains nues s'il lui arrivait malheur. Et en voyant le regard du blond, nul ne s'est mis à en douter, bizarrement. Après un dernier chaste baiser sur le front brûlant de sa dulcinée, le Germain repartit en direction de la curie, en espérant arriver pas trop en retard. S'il arrivait après les Celtes, c'est qu'il aurait pris VRAIMENT un énorme retard. L'autre roux n'était pas spécialement connu pour sa ponctualité, même s'il faisait un excellent compagnon de boisson. Enfin... tant qu'ils n'avaient pas trop bu. Après, c'était autre chose et il ne voulait PAS en parler.


Il s'arrêta à une fontaine au milieu de son trajet pour se rafraîchir les idées et enlever les horribles et désagréables pensées qui avaient surgi spontanément de son esprit. Un peu d'eau fraîche sur son visage lui remettrait les idées en place et le rendrait prêt à affronter une conférence longue et chiante si Rome et Hellas se mettaient à déblatérer sur la civilisation et sur « pourquoi ils sont mieux que les barbares ». Bon, il pardonnait à Hellas quand même, elle était belle, elle avait les formes de la femme qui arrive à sa maturité éclatante, l'aplomb d'une reine et il aurait bien aimé aussi lui démontrer les bienfaits du retour à la nature... Si Rome n'était pas dans le coin. Car la brunette en armure qui se prenait pour le roi du monde -bon, ouais, certes, il l'était- était jalouse. Peut-être que cette réunion pouvait gagner en intérêt en emm...nuyant Rome, en séduisant les nombreuses femmes présentes -en plus il n'y aurait plus Sunhilde pour le menacer de l'émasculer-... Oui, il fallait savoir jouir de la charmante compagnie qui était présente, après tout.


Tout à ses heureuses pensées, il n'avait pas vu qu'il était déjà arrivé. Les Celtes étaient-ils déjà arrivés ? Il le saura quand il poussera les lourdes porte de bois.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Sterenn / Prydain

Modo
Stonehenge heart


Sagittaire
Messages : 136
Age : 27
Double Comptes : Feliciano Vargas/Italie N

RPs en Cours : ***

- [60] Les révoltes sont les aléas d'un Empire - Rome Antique

- [Début du Ier siècle] Réunion à l'Antique - Anciennes nations

- Gingers in the rain - Hibernia

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   Dim 4 Déc - 14:45

Chaud… Et surtout trop sec. Elle qui se plaignait en tout temps de la pluie chez elle commençait finalement à regretter la fraicheur de ses plaines. Face à ce soleil de plomb, elle sentait sa peau rougir dangereusement alors que sa gorge commençait à bien se dessécher. Rome avait intérêt à avoir prévu assez d’alcool pour toutes les nations assoiffées ! … Ou bien alcooliques, au choix.

Sterenn et Ruanaidh arrivèrent donc ensemble, complètement désappareillés et ébouriffés. Oui car monsieur ne se laisse pas étourdir par la chaleur, bien au contraire. Celui-ci avait proposé, ou imposer plus surement, d’augmenter la dose de transpiration dans un débat brulant sur leur relation charnelle. Alors avant de venir, ils avaient bien révisé du comment on faisait les enfants à l’abri des regards indiscrets. Et bien sûr, madame ne crachait pas dessus, autant profiter de sa présence tant qu’il n’était pas en vadrouille ou en train de parcourir l’arrière pays de la gauloise ! Soyons clair, ce n’était pas de la jalousie. Seulement le fait qu’il aille voir ailleurs la faisait toujours sérieusement douter de son pouvoir de séductrice.

Et évidemment, ils étaient arrivés en retard. Tout le monde était là, pour le peu qu’elle les reconnaissait en tout cas. Elle fit donc le compte, Aelius, Sophia, Huctia… Ah ! Il manquait… euh… le germanique, l’égyptienne, Ibéria et la Scandinave… Pour les autres, c’était à peine si elle connaissait leur existence.


"Mon royaume pour un verre ! Pitié…"


Aussi mal habillée, fatiguée et ajoutez ces mots ; Sterenn ressemblait à une vraie mendiante, une pauvre nation dont l’apparence semblait bien moins noble que la Scandinave ou Hellas. Pour faire un peu plus bonne figure, la jeune mère de famille se recoiffa rapidement en glissant ses mains dans ses cheveux roux lorsque ses yeux s’écarquillèrent soudainement. Merde ! Les enfants ! La celtique les avait surement laissé dans la charrette le temps qu’elle s’amuse un peu avec leur père et les avait complètement oublié depuis ! Ils avaient dû attraper une insolation ! Pourvu qu’ils…
Ah oui c’est vrai, elle les avait oublié à la maison…

……
Elle les avait oublié à la maison !
Secouant soudainement son mari par les épaules, Sterenn, au bord de la crise d’angoisse, pleura toutes les larmes de son corps.


"Les enfants ! J’ai oublié les enfants !"


Aller, Ruanaidh était surement moins étourdi qu’elle, il avait surement remarqué que sa femme était plus que tête en l’air et avait donc agi en conséquence n’est-ce pas ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   Dim 4 Déc - 23:37

    Ça faisait bien longtemps que Ruanaidh n'avait pas remit les pieds à Rome. Comme à chaque fois qu'il venait en visite, la ville était plus grande, plus peuplée, plus...Plus tout. Peut-être les femmes plus jolies, aussi, mais faire la moindre remarque à ce propos n'était certainement pas la meilleure idée du fait que sa chère et tendre Sterenn se trouvait juste à côté de lui. Les passants les suivaient du regard, ces deux Celtes, à la longue tignasse flamboyante sous le soleil de plomb, suants, et surtout en retard pour la réunion avec les autres nations qui devait commencer...Hum, certainement maintenant.

    Et ils arrivèrent après tout le monde, du moins lui sembla-t-il. Il remarqua Aelius et Huctia tout de même, Sophia bien entendu qui ne lui rappelait pas ses meilleurs souvenirs, un jeune homme qu'il ne connaissait pas et Hermann qui...Hermann qui n'était pas encore là ? Bizarre. Son regard fit le tour de la pièce, un bon vieil amphi romain. La barbe. Ruanaidh avait la flemme, la pure, la vicieuse, la violente, d'y assister. Les assemblées, les discours, les débats, tout ça n'était vraiment pas son domaine de prédilection, lui qui préférait de loin l'action et le bruit aux longues discussions durant lesquelles on était tenus de rester tranquille.

    Et plutôt que de rester enfermés entre quatre murs, lui et Sterenn pourraient profiter d'être ensemble au maximum, de plus que depuis l'arrivée de César en Grande-Bretagne, ils se voyaient de moins en moins souvent. Ce n'était pas un grand sentimental mais il l'aimait, sa - littéralement et affectueusement - petite femme. Il aimait aussi beaucoup les moments comme celui qu'ils venaient de passer ensemble, caresser ce corps fin à la peau si claire et douce, en prendre possession dans son entièreté...Même si des fois, ça leur faisait attraper un gamin. D'une façon ou d'une autre, son aimée pensa également à leurs rejetons et l'agressa presque, affolée.

    "Les enfants ! J’ai oublié les enfants !"

    Il la regarda l'air parfaitement calme, ne partageant aucunement son anxiété soudaine. Il réfléchissait plutôt à quoi dire pour la rassurer, sinon elle allait vouloir rentrer dans la minute qui suit pour s'en occuper et il se retrouverait seul. À moins qu'il s'en aille avec. Mais à ce moment-là, il faudra veiller sur les morveux et Kenneth, habitant plus chez lui que chez sa mère depuis quelques temps, lui donnait un aperçu peu sexy du baby-sitting, alors s'il y en avait un - ou deux, il ne savait plus. Père responsable ? Qui a dit ça ? - de plus, ça le faisait hésiter.

    "Ne t'inquiète pas, je me suis arrangé pour que quelqu'un veille sur eux. Tu sais bien qu'ils sont très débrouillards aussi, aller calme-toi tu te fatigues pour rien."

    Bien entendu, Ruanaidh n'avait pas du tout pensé à leur progéniture non plus. Au pire, ils seront de mauvais poil, mais il n'y avait pas de raison à ce qu'ils aillent mal. Après tout il y avait des montons donc de la viande et du lait, s'ils voulaient de la verdure ils n'avaient qu'à brouter l'herbe, bref. Il soupira, levant les yeux au ciel, et emmena Sterenn prendre place pour peut-être enfin laisser commencer cette réunion. Peut-être. Il n'y avait aucune garantie à ce que tout se déroule parfaitement bien comme les organisateurs le souhaitaient.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Aelius Romulus/ Rome

Séducteur de la Méditerranée



MessageSujet: Re: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   Sam 31 Déc - 9:57

Rome était d'excellente humeur, et espérait vraiment que tout se passerait sans accroc, ce qui serait presque incroyable vu les personnes qui assistaient à cette réunion.

Hellas était arrivée la première, l'air d'aussi heureuse humeur que lui et avec un sourire étrange, secret. Le même que quand, lorsqu'ils étaient plus jeunes, elles voulaient lui faire une surprise. Ca l'amusa. Il se demandait ce qu'elle cachait et son esprit fourmilla aussitôt d'hypothèses.

Laponie arriva ensuite. Une nation du nord, que le romain ne connaissait pas. Il le salua d'un hochement aimable de tête, se demandant vaguement à quoi s'attendre avec lui. Il préférait ne pas prendre de risque et rester relativement neutre. Il agissait souvent comme ça avec une nation qu'il ne connaissait pas. Il u en aurait plusieurs dans ce cas cette fois.

La dernière réunion, il était à moitié dans les pommes à cause d'une guerre civile et épuisé par le voyage. Grèce avait remplis pleins de papyrus pour lui heureusement, car il ne se souvenait pas de qui avait été là ou ce qui avait été dis ces jours-là.

Fichue guerre civile, ça vous mettait complètement à plat.

D'ailleurs en parlant de nouvelles têtes, il se demandait à quoi ressemblait Scandinavie, la première femme de Germania. Et eut un petit sourire en imaginant une femme pire que le germain, à qui celui-ci était complétement soumis. Était-ce seulement possible? Il se le demandait vraiment, même si lui devenait aussi doux et gentil qu'un louveteau face à une femme, tant que celle-ci ne tentait point de l'occire bien sûr.

Germania était ensuite arrivé, le visage fermé, comme à son habitude et s'était assis à sa place dans dire un mot. Impossible de savoir à quoi il pensait, mais le romain s'étonna de le voir seul. A sa question muette, lorsqu'il croisa le regard de son garde du corps, celui-ci répondit que la nordique avait eu une sorte d'insolation, ne supportant pas la chaleur de l'Italie et qu'il l'avait emmené à la villa.

Aelius hocha la tête, notant pour lui-même de penser à prendre de notes pour l'absente, avant de penser qu'elle ne parlait probablement ni le latin, ni le grec. Parfait. Il signala donc à Germania d'être attentif pour rapporter les faits importants, et eut un sourire narquois en réponse.
Ben voyons.
Qu'est-ce qu'il préparait encore celui-là?

Il s'en inquiéta pendant quelques instants. Et se promit de le surveiller, histoire qu'il ne papillonne pas autour de ses femmes, chose qu'il ne supportait pas et qui le ferait piquer une crise de jalousie. Hispania était loin du blond, il savait que Hermann risquait l'émasculation avec Sophia s'il se montrait trop....audacieux. Cette pensée le fit d'ailleurs ricaner, s'attirant sans doute des regards surpris ou méfiant de ses semblables.

Mais il s'inquiétait un peu pour Huctia, elle ferait presque capable de céder au blond juste pour l'enquiquiner, le faire enrager. Et il s'inquiétait un peu pour Prydain car après tout, Aelius aimait bien Ruanaidh et ne voulait pas qu'il perdre la seule femme qui lui restait. Même si craignait qu'un de ces jours, son empereur ait des vues sur l'île de Sterenn.

Mais bon pour le moment, il fallait éviter un conflit stupide qui ferait tourner la réunion en pugilat. Ce n'était pas le moment d'agir comme des enfants-nations. Ils avaient tous plusieurs siècles (il était lui-même théoriquement le plus jeune), ils étaient...pouvaient se montrer raisonnables n'est-ce pas?Juste cette fois ce serait possible?

Puis arrivèrent les celtes. Rome les salua aimablement, se forçant à sourire devant le regard noir d'Hibernia. D'accord le roux était toujours fâché. Ca s'annonçait mal. Il lui souffla néanmoins à voix basse , de façon à ce que seul son ancien ''grand frère celte'' l'entende ,de prendre garde à ce que Germania ne s'approcha pas trop de Sterenn, pour cause d'absence de Sunhilde, et de ce que cela laissait présager. L'autre dut (enfin il l'espéra) comprendre la ''menace'' qui planait sur eux deux, mais il ne dit rien qui le laissa présager. Puis Rome fit un signe de tête courtois, mais rien de plus, à la rousse avant de retourner près de Grèce.

Il se laissa tomber sur son siège. Se demanda une nouvelle fois s'il avait eu raison de venir en toge et pas armure, même si cela montrait ses attentions pacifiques. Était-ce vraiment prudent? Avait-il le temps d'enfiler une des armures présente dans une des autres salles du bâtiment? Non mauvaise idée. Pour le coup, c'est les autres qui se sentiraient en le voyant revenir en armure. Une arme sur lui suffisait amplement. Enfin il espérait.

Il relut une dernière fois son papyrus où étaient rassemblés ses notes principales sur les différents thèmes à aborder pendant la réunion pendant que des esclaves servaient à chaque nation un rafraichissement. Finalement, une fois que les humains furent parti, il s'éclaircit la gorge et lança, d'une voix calme: «Nous allons commencer cette réunion par....» Il s'arrêta, cligna des yeux et lança, surpris «Attendez....où est Gaule?»
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Hermann/Germania

Lapin Crétin. Plus lapin que crétin. Quoique.


Balance
Messages : 995
Age : 29
Localisation : Loin. Très loin.

Citation : ...
Double Comptes : Elizaveta / Hongrie

RPs en Cours : • La guerre en couleurs [Sterenn]

• Se souvenir des jours passés [Yao]

Le loup mange celui qui se fait brebis [Sophia]

Quand un sentiment est inexprimable [Sunhilde]

Une leçon de vie aux temps jadis [Gilbert]

Deux jeunes cons pour un bout de gazon et quelques poulettes [Ruanaidh]


Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   Mar 10 Jan - 16:22

Quand il revint, tout le monde était arrivé, même les Celtes, pour vous dire comme il était en retard. Enfin, c'est pas comme s'il loupait grand chose. Ils n'allaient pas commencer une bagarre générale sans lui. Normalement. Enfin ils n'avaient pas intérêt. Sinon le Romain pouvait faire une croix pour qu'il revienne s'emmerder dans de tels palabres, même s'il y avait de jolies femmes et de charmantes danseuses. ...Quoique. Enfin, il serait plus réticent et moins coopératif. Déjà que le climat méditerranéen avait quasiment anéanti sa pauvre Sunhilde. Ca l'avait profondément choqué de voir cette femme aussi forte qu'une Valkyrie en armes devenir aussi faible que de la neige fondant au soleil...


Sans un mot, ni une salutation, le grand blond vint se poser à la place qu'il lui savait attitrée, c'est-à-dire à côté du Celte. D'ailleurs il avait une jolie femme, c'était un crime qu'il ne puisse pas mieux profiter de la compagnie de la petite rousse qu'il avait amené avec lui. Comme quoi d'un malheur pouvait survenir un petit bonheur : sa blanche mégère alitée, il avait tout loisir de librement profiter de charmantes compagnies. Et si elles mordaient, c'était presque mieux ! Il n'y a pas d'honneur à triompher sans péril. Le roux lui avait déjà parlé de sa femme mais c'était la première fois qu'il la voyait de ses yeux. Et il pouvait dire qu'ils étaient assez bien assortis, tous deux pâles et roux... Sentant le regard de Rome sur lui, le Germain releva la tête, quittant à regrets la délicieuse vue de la tunique légèrement dégrafée de rousse en nage. Rome semblait perplexe qu'il soit venu... seul. La place à ses côtés était vide et le brun l'interrogeait du regard à ce propos.


- Malade. Trop chaud pour elle, ici. L'ai ramenée à mes quartiers.


Comme si le mot « chaleur » avait été un déclencheur, une dizaine de jeunes garçons en tunique courte vinrent leur servir d'échansons et leur servir un vin frais et quelques fruits pour les rafraîchir. Un point pour Rome : commencer une réunion par boire, ça faisait toujours un bon effet. Bon, il aurait CERTES préférés de jeunes femmes pour le servir mais bon, ce sont les goûts de l'hôte... Même si déjà la voix ennuyeuse du Romain s'élevait dans le bâtiment de pierre, ce qui arracha un bâillement au blond.


- Attendez.... Où est Gaule ?


Le grand Germain ferma les yeux jusqu'à que les derniers mots du latin percutent son esprit occupé par plein de choses mille fois plus intéressantes que ce commencement de réunion. Quoi ? Huctia avait disparu ? Ah oui, c'est vrai qu'il n'avait pas fait attention, à elle, tout occupé par la découverte de nouveaux territoires à l'Ouest -coup d'oeil en direction de Sterenn-, et à l'Ouest -il leva les yeux en direction de Sophia-. Il savait la mère de l'un de ses enfants de nature spontanée et prompte à s'égarer. Sans doute s'était-elle éclipsée pour un besoin que nul ne pourrait satisfaire pour elle le temps qu'il s'absente pour secourir Sunhilde. Après tout, elle n'était pas perdue ici, elle qui s'était vendue après la défaite à Rome, lui offrant même un fils peu après ! Quoi ? Lui ? Il n'était le garde de Rome que de manière professionnelle, il n'était pas comme Huctia qui partageait sa couche.


Enfin, ce n'était pas le sujet. Avisant une corbeille de pêches bien mûres et juteuses disposée par les esclaves, profitant que Rome cherchait Huctia, il saisit le plus beau des fruits et le proposa sans un mot à la dame aux longs cheveux sombres et bouclés assise auprès de Rome.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Huctia/Gaule

Curieuse guerrière voyageuse de la France celte


Messages : 115
RPs en Cours : avec Rome: http://hetalia.1fr1.net/t1724-rome-44-quelques-mois-avant-la-mort-de-cesar-pax-romana#40172

Avec les vieilles nations européennes: http://hetalia.1fr1.net/t1738-debut-du-ier-siecle-rome-reunion-a-l-antique-pv-anciens#40534

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   Mer 11 Jan - 15:14

Il faisait trop chaud, et Gaule préféra s'éloigner un peu pour se mettre dans un endroit frais en attendant l'arriver des deux celtinos roux. Sophia arriva à son tour sans la voir. Elle vit les allées et venues de Germania. Le barbare du nord, comme certains l'appelait, avait été le père de l'un de ses fils. Mais il l'avait emmené avec lui et la nation vaincue ne l'avait pas revu depuis.

La gauloise n'avait pas trop compris pourquoi Aelius avait nommé son rival venu de l'Est comme protecteur. D'une part parce qu’ils étaient rivaux et d'autre part l'Empire Romain était une grande puissance, même si les évènements qui avaient suivis la mort de César l'avait affaibli. Et puis le germain était fier de sa liberté, alors pourquoi?

Un autre des arrivants le surpris. Qui était le petit homme barbu, une autre nation du nord? Pourtant il lui avait semblé que Sunhild et Germania étaient les seuls nations des grands froids.

" Nous ne connaissons donc pas parfaitement notre monde. Si Aelius en prend conscience, il aura sans doutes de nouvelles envies de conquêtes"

... Quoique ça ne serait pas si mal. Elle aurait peut être de nouveaux alliés pour mener la vie dure au romain. Elle réprima un fou rire à cette pensée. "L'emplumé" avait parfois bien du soucis avec elle, alors il péterait un plomb si jamais il y en avait deux comme elle.

- Sterenn !! Hibby !!


Mais qu’est-ce-qu’ils faisaient? Les deux roux venaient de rentrer dans la salle sans la voir. Elle s'avança en colère. En temps normal elle piquerait une grosse crise en les insultant de tous les noms. Mais pour ne pas délier les langues des deux "civilisés" elle les puniraient discrètement.

- Attendez.... Où est Gaule ?

Ah, Rome s'était aperçu de son absence. Elle allait peut être le voir fâché tout rouge. Lorsqu'elle entra, elle cacha sa déception. Il avait oublié la cape. L'idiot.

- Excusez-moi, je suis en retard. Fit-elle simplement en entrant.

Elle alla s'assoir à sa place, en n'oubliant pas bien sûr de punir ces deux voisins d'outre-Manche. Elle leur pinça tout les deux le dos puis s'installa l'air de rien.

- Pour répondre à ta question Rome, je suis ici. On peut commencer. Elle lui décocha l'un de ses regards taquins dont elle avait le secret.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Sophia / Hellas

Adoratrice des chats


Gémeaux
Messages : 177
Age : 25
RPs en Cours : Avec Rome-Oublier pour avancer

Avec Allemagne- [1870-1890] Faire revivre les mythes

Of blood and tears
Relations Internationales:
Many Faces of A Nation:

MessageSujet: Re: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   Ven 17 Fév - 18:23


La réunion n'avait même pas encore commencé, et cela commençait déjà à devenir un désordre monstre. Entre Germania qui faisait des allers et venues, les deux celtes -tiens, pourquoi Hibernia n'avait pas l'air ravi de la voir? Il lui en voulait toujours pour les Tectosages ? - arrivés en retard, une crise de nerfs de Prydain et Gaule qui était aux abonnés absents, la grecque pouvait définitivement dire qu'ils étaient mal partis. Elle avait un très mauvais pressentiment pour la suite. Quelque chose lui disait que la réunion ne serait que la continuation logique de ce capharnaüm. Autant pour elle qui voulait avoir une réunion productive aujourd'hui.

Oh, pitié. Tout sauf ça.

Restons calmes. Commencer à râler tout de suite ne serait peut-être pas une bonne idée, loin de là. Bon, elle pouvait comprendre que la compagne du germain, habituée au froid, se soit trouvée mal à Rome. Pour un non-habitué, le climat méditerranéen devait être plutôt dur à supporter, de la même manière qu'elle-même ne tiendrait pas longtemps dans le Nord. Et pourquoi y irait-elle ? Elle avait tout ce qu'il fallait à proximité. Même si Apollon prenait ses quartiers d'hiver dans le Nord, ce n'était pas une raison. Certains mystères ne doivent pas être découverts. Ce serait sans doute irrespectueux envers le dieu que d'aller le poursuivre jusque dans le Nord : les grecs devaient se contenter de ce qu'ils avaient. Les celtes, eux, étaient moins excusables. Ils devaient sûrement s'être perdus ou quelque chose du genre... Et que dire de Gaule, dans ce cas-là. La moins excusable de tous. Elle arriverait en retard uniquement pour agacer Rome. Hellas connaissait la gauloise, et savait qu'elle aimait bien taquiner le romain. Il n'empêchait qu'elle n'appréciait absolument pas un tel manque de savoir-vivre : cela relevait presque de la négligence. Un tel laisser-aller l' insupportait. Sophia se retint de lever les yeux au ciel. Depuis le temps que les romains occupaient son pays, elle aurait quand même pu faire l'effort d'apprendre quelques règles élémentaires de politesse dans ce genre-là.


Mais tout espoir d'avoir une réunion qui ne soit pas complètement inutile n'était pas perdu. Elle y croyait. Passé le moment de flottement où tout le monde s'installait, la réunion se déroulerait peut-être normalement. En espérant que Aelius recadre tout ce petit monde, et, réussisse à instaurer un minimum d'ordre. Non pas qu'elle doutât de ses capacités à diriger la réunion, loin de là. Mais si on ne traitait pas le problème à la racine, cette réunion ne mènerait nulle part, et ils auraient tous fait le voyage pour rien. Et cela, la grecque s'y refusait. Elle ne supportait pas l'idée d'avoir fait plusieurs jours de bateau pour voir des nations se chamailler comme des enfants. Ils avaient passé l'âge de se comporter ainsi, non ?


En parlant de faire le voyage... Huctia venait de signaler sa présence fort peu discrètement. Sophia fronça les sourcils, un peu agacée. Quand on était en retard, on essayait de rester le plus discret possible, non ? Si elle avait été une jeune nation, la grecque aurait compris. Mais Huctia était adulte, enfin...Et elle ne paraissait même pas désolée de son retard, ce qui aurait quand même été le minimum. Néanmoins, ce n'était pas parce que Sophia était une « vieille » nation qu'elle allait faire la morale à tout ce petit monde, elle n'était pas là pour ça. Secouant la tête, elle tenta de penser à quelque chose d'autre. Son fils par exemple. Elle espérait que Héraclès se portait bien, et que les domestiques étaient assez vigilants vis-à-vis de son descendant. Elle ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter. Rectification : elle se rongeait les sangs. Elle aurait largement préféré que son fils soit là avec elle, mais amener un enfant dans une réunion de nations...non, ce n'aurait pas été judicieux non plus. Cela aurait provoqué sûrement encore plus de désordre : donc à éviter.

N'empêche qu'elle commençait à s'ennuyer ferme.

Elle fut tirée de ses pensées par Germania, qui lui tendait une pêche. Le fruit avait l'air fort appétissant, doré à point, avec une belle nuance de rouge ; il sentait de plus délicieusement bon. Ce fut donc avec un sourire qu'elle prit le fruit, remerciant au passage le germain. La première bouchée ne fit que confirmer son intuition : il était absolument délicieux. Aelius savait choisir ses produits. Et quelle bonne idée d'avoir prévu un rafraîchissement.

Achevant rapidement le fruit, Sophia s'éclaircit la gorge, de façon assez appuyée -jalouse, elle ? Mais pas du tout. La réunion pouvait officiellement commencer.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Début du Ier siècle - Rome] Réunion à l'Antique [PV Anciens]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Hetalia RPG } :: Le monde : Ce grand plateau de jeu :: @ Europe :: @ Europe du Sud-